Situation de l'entreprise france telecom

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 18 (4351 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 3 septembre 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
La situation de France Télécom Quelles réponses de l’entreprise, du gouvernement ? Quelles réponses de Questions-réponses

1 2 3 4 5 6 7 8

Comment évoluent les résultats financiers de France Télécom ? Comment expliquer les pertes de France Télécom ? Comment expliquer l'ampleur de la dette ? Comment évolue la dette ? Dans la conjoncture économique actuelle et avec le développement de laconcurrence, l'activité de France Télécom régresse-t-elle ? S'agit-il seulement de quelques erreurs ne remettant pas en cause le "modèle économique" mis en place ces dernières années ? Que se serait-il passé si France Télécom n’avait pas acquis d’entreprises et de licences UMTS à l’étranger ? Le maintien d'une participation majoritaire de l'Etat est-elle la cause de la crise actuelle, France Télécomayant été contraint de payer en cash ses acquisitions ? France Télécom est-il menacé de cessation de paiements ? Une aide de l'Etat est-elle possible ? Le groupe FT a des « capitaux propres négatifs ». Qu’est ce que cela veut dire ? Qu'est ce que c'est qu’une recapitalisation ? Une augmentation de capital est-elle envisagée ? Qu’est-ce qu’une obligations convertible ? Est-il envisagé de créer unestructure ad hoc qui porterait la dette ? France Télécom est-il menacé d'une "vente par appartement" ? Que penser d'une séparation du réseau et des services ? Les différentes solutions envisagées sont-elles compatibles avec la loi de 1996 ? Quelle est la solution du gouvernement ? Quelle menace d’un plan d’austérité ? Quelles menaces sur l’emploi ? En quoi la présence de capitaux privésconstitue-t-il un problème pour le fonctionnement même des grands services publics de réseau ? En quoi la privatisation, même partielle, des grands opérateurs de réseau est-elle contraire aux missions de service public qui leur sont confiées ? Revendiquer le retour à une propriété à 100 % de l’Etat suffirait-il à redonner à France Télécom une orientation de service public ? Quels seraient les avantagesimmédiats d'une renationalisation ? Que propose SUD concernant les autres opérateurs ?

9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26

1 Comment évoluent les résultats financiers de France Télécom ?
Pour la première fois de son histoire, France Télécom a annoncé des résultats négatifs pour l’année 2001. Depuis la situation ne cesse de se détériorer : Année 1999 : 2,7 milliards d’euros debénéfice net Année 2000 : 3,6 milliards d’euros de bénéfice net Année 2001 : 8,3 milliards d’euros de perte 1° semestre 2002 :12,3 milliards d’euros de perte.

2 Comment expliquer les pertes de France Télécom ?
Ces pertes sont la conséquence directe de la politique d’expansion internationale et de la crise boursière qui est ensuite intervenue. Au premier semestre 2002, plus de 9 milliards (soitl'équivalent du double de la masse salariale du groupe dans le monde) ont été engloutis dans la traduction comptable de l'écroulement des acquisitions de MobilCom et du britannique NTL. C’est ce qu’on appelle les « provisions pour dépréciations d’actifs ». Par ailleurs 1,7 milliards sont partis au premier semestre 2002 dans les frais financiers résultant de la dette, ce qui équivaut à la moitié de lamasse salariale en France. Viennent s’y ajouter les pertes d’exploitation à l’étranger : globalement, l'activité à l'étranger est une "machine à cash négatif" ! (voir question 3).

France Télécom n’a actuellement aucun moyen de rembourser cette dette. La première raison en est la déconfiture des marchés boursiers en général, et plus particulièrement celle du secteur des télécoms qui ruinetotalement les plans de désendettement initiaux (vente de certaines filiales et/ou remise sur le marché de ses propres actions rachetées à Vodafone dans le cadre de l’opération d’acquisition d’Orange). La seconde raison tient au fait que les ressources tirées de l’activité, même si elles sont importantes, sont en grande partie mangées par les intérêts de la dette. Elles ne peuvent donc pas suffire...
tracking img