Situation economique : la transformation des banques

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 6 (1464 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 24 novembre 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
situation economique
La transformation des banques

Question 1 :
Tout d’abord on distingue 2 modes de financement :
* Le financement interne, ou autofinancement, c'est-à-dire financer son activité, et notamment ses investissements, à partir de ses capitaux propres existants, de sa propre rentabilité (être rentable c’est le fait de générer du chiffre d’affaire) et de son épargne.
* Lefinancement externe, l’entreprise a recours à des apports de capitaux extérieurs, soit en empruntant (émission d’obligations) auprès des organismes financiers, soit en augmentant son capital en émettant des actions sur le marché primaire.
On va donc s’intéresser ici au financement externe et plus précisément au financement intermédié et au financement de marché.
Le financement intermédié 
Lesbanques et, plus généralement, les établissements de crédit sont des intermédiaires financiers entre les agents à capacité de financement (épargnant ou prêteurs) et les agents à besoin de financement (emprunteurs). On parle alors de financement intermédié ou financement indirect. L'entreprise qui recherche des fonds fera appel à un intermédiaire financier qui lui apportera les capitauxnécessaires à son développement via des emprunts. C’est l’activité « traditionnelle » des banques.
Les ressources dont disposent les banques, proviennent des dépôts de leurs clients qui peuvent être prêtées : on parle alors de financement non monétaire car les banques accordent des crédits à partir des dépôts qu’elles ont préalablement recueillis .
Les banques peuvent aussi accorder des prêts en créantde la monnaie, elles accordent alors un crédit à un client sans dépôt préalable, on dit que les crédits font les dépôts : on parle alors de financement monétaire.
Le financement de marché
Le financement direct après du marché financier est un autre mode de financement externe qui s’offre aux entreprises en besoin de financement. Les entreprises peuvent se financer directement sur le marchéfinancier en émettant des actions ou des obligations. Ce sont les agents à capacité de financement qui achètent ces titres. En effet, les entreprise vont émettre des actions sur le marché primaire, de nouveaux actionnaires vont entrer dans l’entreprise, et donc le capital de celle-ci va augmenter. Ou elles peuvent émettre des obligations qui sont assimilées à des emprunts que l’entreprise doitrembourser. C’est ce qu’on appelle le financement par le marché.
Face au développement des marchés financiers, les banques ont vu une part importante de leur clientèle leur échapper. Elles sont donc devenues elles-mêmes des acteurs importants des marchés financiers, pour leur compte et pour le compte de leurs clients.

Question 2 :

Sur les marchés financier l’information est asymétrique. En effet,les échangistes (emprunteurs et prêteurs) ne se « connaissent » pas. L’emprunteur connait les risques de son projet d’investissement, ce qui n’est pas le cas du prêteur, qui n’est pas certain de retrouver son argent. Il y’a donc un risque face à cet asymétrie de l’information : les prêteurs risquent de ne plus prêter, et les « bons investisseurs » (ceux qui ont un bon projet d’investissement, unprojet viable) vont manquer de fonds d’investissement et ne pourront pas investir. Il y’aura donc une défaillance de toute l’économie de manière générale et aussi un empêchement du marché financier de fonctionner.
Cette asymétrie est due notamment à la libéralisation et au décloisonnement des marchés financiers et donc à la concurrence de ceux-ci rendant toujours plus complexe les marchésfinancier.
C’est pour cela que les banques ont un rôle très important d’intermédiaire entre les agents. En effet les banques, grâce a leur expertise et savoir faire, vont donner les bonnes informations pour apprécier les « bons emprunteurs ».

Question 3 :

Le graphique en annexe 2 nous montre l’évolution de la répartition du revenu brut des banques françaises, en %. On s’aperçoit que les revenus...
tracking img