Situation d'interculturalite

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 9 (2226 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 6 mai 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Dans le cadre de cette étude liée à la notion d’interculturalité, je décrirai dans un premier temps la situation dans laquelle j’ai été confronté, ensuite j’évoquerai les sentiments et les émotions que j’ai pu ressentir, puis j’analyserai le déroulement des faits évoqués en lien avec des notions et concepts, et enfin je proposerai des pistes pour une action adapté à ce type de situation.DESCRIPTION DE LA SITUATION :

La situation présentée s’est déroulée dans mon lieu d’emploi, qui est une structure accueillant un public adulte mixte, d’origine culturelle et ethnique variée, et en situation d’handicap psychique.
De ce fait, lors d’un temps d’atelier de mosaïques qui réunissait plusieurs personnes autour d’une table, une dispute a éclaté entre deux personnes.N’étant pas présent lors de l’altercation car j’étais dans une pièce voisine, je m’y précipitai et sommai les deux personnes de cesser de crier et de se calmer. Puis je les ai invités à me donner les raisons de leur différend.
Madame A, m’a dit qu’elle était extrêmement en colère, car Monsieur B aurait volontairement éteint le poste-radio, alors qu’elle venait de mettre un « cd » qu’elle avaitapporté de chez elle.
Je lui ai répondu que le volume sonore était peut-être trop fort, et que cela aurait pu incommoder Monsieur B, et j’ajoutai à ce dernier, qu’il aurait du l’informer que cela l’importunait.
Madame A avança que mon discours ne reflétait pas la réalité, et que Monsieur B avait agit ainsi, car c’était un cd de musique orientale.
Ce dernier rétorqua qu’il nepouvait plus supporter ce genre musical, car les résidents de son lieu d’habitation, n’écoutaient que cela, et en faisaient « profiter » tout le voisinage, malgré eux. Il ajouta qu’il n’avait aucuns griefs à l’encontre de Madame A, cependant c’est par ce genre de comportement qu’il n’avait plus l’impression d’être en France depuis quelques années, et que, plus il y a d’étrangers et plus il y a deproblèmes.
A l’écoute de ses derniers propos tenus, j’ai rapidement interrompu Monsieur B, et je lui ai signalé, que la liberté d’opinion est un droit légitime pour toute personne, cependant je ne pouvais le laisser tenir un tel discours en ces lieux. Il acquiesça, s’excusa pour son discours et parti.
QUESTIONNEMENT :

Avant d’évoquer les diverses interrogations suscitées parcette situation, il me semble nécessaire de me pencher sur ce qui organise ma pensée, ma façon d’agir, ce qui me caractérise, me défini, ce qui fait que je suis moi et me distingue d’autrui, c'est-à-dire mon identité.
Issue d’une famille originaire d’Indonésie, et natif de Nouvelle Calédonie, j’y ai vécu une grande partie de ma vie dans un environnement multi-culturel, où les différentsgroupes ethniques, malgré un passé historique lié à la colonisation encore prégnante, entretiennent des relations ouvertes d’interactions, dans une reconnaissance mutuelle de leurs modes de vie respectives et égales en dignité. Je peux avancer que c’est une société qui s’est construite dans ce que le concept nomme de relativisme culturel. De plus, les valeurs transmises par mon entourage familiale,telles que la solidarité, le respect de l’autre et la tolérance m’ont permis de me forger un état d’esprit me permettant d’accepter l’autre, dans et avec ses différences.

Pour revenir à la situation évoquée, la réaction des deux protagonistes, a fait émerger diverses interrogations telles que :
_ Pourquoi le fait d’écouter de la musique, a t’il pu engendrer des tensions etconflits ? Pourtant selon l’adage populaire, ne dit-on pas, que la musique adoucit les mœurs ?
_ Pourquoi les deux personnes ont-elles réagi avec autant de véhémence ?
_ Pourquoi Monsieur B a t’il eut une attitude aussi extrémiste ?
J’ai discerné diverses émotions vives et soudaines de la part des deux personnes. En effet, étant dans une écoute empathique, j’ai ressenti...
tracking img