Sleepy hallow

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 22 (5494 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 16 avril 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Pour une approche féministe
de Sleepy Hollow de Tim Burton
par Marc-Jean Filaire, professeur agrégé de Lettres Modernes, France

Le schéma traditionnel du film avec un vaillant héros masculin qui parvient à résoudre les problèmes d’une communauté en détresse semble régir la composition scénaristique de Sleepy Hollow de Tim Burton. En effet, la tradition, d’abord littéraire, du jeune audacieuxau service de la société est à la base du roman d’aventures, notamment de chevalerie, tout autant que du western. Ichabod Crane, le personnage principal incarné par Johnny Depp, s’inscrit également dans le glorieux lignage des héros de contes, qui doivent faire leurs preuves avant de devenir des adultes susceptibles de se marier et d’avoir beaucoup d’enfants. Pourtant, la jeune beauté,interprétée par Christina Ricci, ne paraît pas vouloir attendre que la vaillance vienne au jeune premier qui l’a séduite pour devenir son insipide et souriante épouse ; bien au contraire, la jeune Katrina Van Tassel n’obtempère pas quand on lui demande de s’effacer et s’élance avec courage vers une forêt maudite quand son cœur le lui conseille. Par conséquent, les apparences sont trompeuses : le contegothique que propose Tim Burton ébranle les attentes clichéiques d’un ordre où la figure masculine dominerait sans menace. Les valeurs patriarcales, pourtant si présentes dans le petit village du XVIIIe siècle où se joue l’action, sont mises à mal par l’action de plusieurs figures féminines, qui refusent d’être réduites au rôle figuratif de la bonne hôtesse. S’interroger sur l’originalité des rapportsentre hommes et femmes dans Sleepy Hollow conduit à se demander quelle redéfinition des rôles sexuels se met en place dans cette œuvre cinématographique. Ainsi, le constat des failles au sein d’une hiérarchie sociale où les mâles sont en passe de ne plus assurer le rôle protecteur conduit à révéler la revendication féministe sous-jacente. Dès lors, une telle sape des conventions patrilinéaires nepeut mener qu’à un nouvel état des relations entre les sexes, dont l’affrontement n’est pas exclu.

I. UN PATRIARCAT EBRANLE

A. Un machisme en perdition

Dans le village de Sleepy Hollow, la petite société paysanne n’a rien de différent de toutes les sociétés occidentales du XVIIIe siècle : le mari et père y est tout puissant et il est le seul à recevoir une véritable reconnaissance sociale.Il détient toutes les fonctions administratives, civiles et religieuses, du guet au juge, du banquier au notaire, du médecin au révérend en passant par l’inspecteur de police qu’est Ichabod Crane. Lorsqu’il est question de problèmes importants et de la sauvegarde des membres de la communauté, tous ceux-ci se réunissent dans des salons fermés d’où les femmes sont priées de sortir, ou bien seretrouvent auprès du corps d’une victime pour établir quelques infructueuses conclusions.

Aussi jeune et nouveau qu’il paraisse, aussi raisonné et marginal qu’il se revendique, l’envoyé de New York, Crane, au début du film n’est en rien différent du pater familias enperruqué qui commande les instances sociales. Tous pensent détenir la vérité – même si les avis divergent – : le coupable est lecavalier sans tête disent les uns, le coupable est un homme objecte l’autre. Et tous d’être dans l’erreur, puisque le véritable coupable est une femme. Ainsi, chacun d’eux mériterait de s’appeler Crane, puisque chacun croit être la tête pensante, alors que dans cette histoire les hommes ont plutôt tendance à la perdre.

Quant au premier étêté de l’histoire, le cavalier sans tête lui-même, il estl’incarnation de l’homme et du père dans toute son exagération ; d’ailleurs, au cours d’un rêve d’Ichabod, la vision de son père se confond avec celle du cavalier noir. Ce qu’accomplit le tueur sorti des entrailles de la terre est assimilable au meurtre ancien et oublié de la mère : l’un en tuant pères, femmes et enfants exige qu’on lui rende sa tête et donc symboliquement son pouvoir, l’autre...
tracking img