Smith

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 24 (5907 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 15 décembre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
1

CHAPITRE 1 : ADAM SMITH ET LA RICHESSE DES NATIONS

Deux raisons principales expliquent pourquoi les Recherches sur la nature et les causes de la richesse des nations d’Adam Smith1, dont la première édition date de 1776, ont été considérées comme le texte fondateur de la pensée économique classique. La première tient à l’ampleur de l’ouvrage qui aborde de manière systématique l’ensembledes questions relatives à l’économie politique, telles qu’elles se présentent à la fin du XVIIIe siècle. Cette synthèse d’idées anciennes et nouvelles a largement contribué non seulement à son succès, puisque plusieurs éditions se sont succédées du vivant de Smith, mais aussi à en faire le livre de référence pour tous les économistes ultérieurs, aussi bien en Grande-Bretagne que sur le Continent. Ladeuxième raison, qui n’est pas étrangère à la précédente, réside dans la quatrième partie de l’ouvrage. Smith y opère un regroupement des analyses antérieures aux siennes en deux principaux courants, qu’il qualifie respectivement de système mercantile et de système de l’agriculture, pour les critiquer en les renvoyant dos à dos. Au premier, rassemblant les analyses d’auteurs que nous rangeonsaujourd’hui dans le courant mercantiliste, il reproche de confondre la richesse avec l’abondance des métaux précieux et de faire du commerce extérieur la seule source de l’enrichissement des nations. Au second, correspondant au courant physiocratique, il reproche de limiter la richesse nationale au seul produit de l’agriculture et de considérer la classe des artisans, des manufacturiers et desmarchands, comme totalement stérile, c’est-à-dire comme non productrice de richesse. En procédant à cette synthèse critique, Smith parvient à mettre en valeur par contraste le bien-fondé de son propre système, tout en offrant des fondements méthodologiques et conceptuels pour de nouvelles réflexions. L’originalité de l’approche analytique de Smith est clairement affirmée dès les premières lignes de laRichesse des nations.
Adam Smith (1776), Recherches sur la nature et les causes de la richesse des nations, Paris, GF-Flammarion, 2 volumes, 1991.
1

2
Le Travail annuel d’une nation est le fonds primitif qui fournit à sa consommation annuelle toutes les choses nécessaires et commodes à la vie ; et ces choses sont toujours ou le produit immédiat de ce travail, ou achetées des autres nationsavec ce produit [1776, I, p. 65].

La richesse d’une nation se compose donc de l’ensemble des objets utiles aux hommes, produits par le travail et consommés au cours d’un cycle annuel. Comme ce flux de richesse est plus ou moins grand selon la proportion existant entre le nombre des consommateurs et la quantité de richesse produite annuellement, il en résulte que, d’une année sur l’autre, cetteproportion peut varier selon « l’habilité, la dextérité et l’intelligence » des travailleurs et selon « la proportion entre le nombre de ceux qui sont occupés à un travail utile et le nombre de ceux qui ne le sont pas » [Ibid.]. En effet, plus la productivité du travail est importante et plus la quantité de richesse produite augmente pour un même nombre de consommateurs. De même, plus le nombre detravailleurs producteurs de richesses par rapport aux non-productifs est élevé, plus le flux de richesse s’accroît. Smith précise cependant que « le nombre des travailleurs utiles et productifs est partout en proportion de la quantité de capital employé à les mettre en oeuvre, et de la manière particulière dont ce capital est employé » [Ibid., p. 66]. Dissociés pour des raisons de commoditéd'exposition, la productivité du travail et le capital sont des notions étroitement complémentaires et donc essentielles pour comprendre la logique du système smithien qui repose sur une approche particulière des causes et des conséquences de la division du travail. 1. La division du travail La principale cause de la richesse des nations, selon Smith, est l’accroissement de la productivité du travail...
tracking img