Sncf

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 5 (1047 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 9 avril 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
GUIDE D’EXPLOITATION PÉDAGOGIQUE du CAS SNCF/CIMN
Épreuve E5 : diagnostic opérationnel et proposition de solutions

Sous la direction de Brigitte DORIATH, IG et Madeleine DOUSSY IA-IPR
Auteurs : Martha GIBERT et Catherine HESPEL
Relecteurs : Béatrice GILLOT et Virginie MARCAGGI
Testeur : Alain NOSSEREAU

Il est vivement conseillé de se reporter à la présentation des caractéristiques del’épreuve E5
http://www.crcom.ac-versailles.fr/article.php3?id_article=566
ceci afin d’éviter la confusion entre diagnostic opérationnel et diagnostic stratégique.

Le cas SNCF/CIMN fournit des repères quant au niveau d’exigence attendu.

I Introduction

Le cas SNCF/CIMN peut être exploité comme un cas d’entraînement ou un cas d’évaluation pour préparer l’étudiant(e) à l’épreuve E5Diagnostic opérationnel et proposition de solutions.
Le professeur/formateur aura intérêt à réaliser lui-même le cas, sans recourir au corrigé, pour appréhender les questions qu’il suscite et bien en percevoir les difficultés. C’est ainsi que le test a été effectué.

II Utilisation

Compte tenu de la nouveauté de l’étude de cas (E5), avant de soumettre les étudiants à une évaluation dans lesconditions de l’examen, il est indispensable de les préparer au traitement de ce type de cas.

Deux types d’utilisation sont donc possibles :

Premier type d’utilisation
Pour optimiser le cas CIMN, il semble préférable de l’utiliser comme un cas d’entraînement guidé par le professeur qui alterne explications/travail individuel.
Le professeur aide ainsi les étudiant(e)s à:
- comprendre lalogique d’ensemble « en entonnoir » présentée en deux parties distinctes : rédaction d’un diagnostic opérationnel, proposition de solutions, mise en œuvre de solutions sur le plan opérationnel (tâches à réaliser) ; Le professeur doit notamment attirer l’attention des étudiants sur le fait que, compte tenu du temps imparti à l’épreuve, l’ampleur du développement est implicitement limité ;
-s’approprier le contexte : acteurs, environnement, problème à résoudre ou besoin auquel il faut répondre, relation manager/assistant(e) 
- repérer les savoir à mobiliser (c’est l’occasion de vérifier et réactiver les connaissances : diagnostic opérationnel, règle de nommage, règles d’attribution des droits d’accès, arborescence, architecture d’un SI, outils organisationnels…)
- appliquer desméthodes de traitement d’un cas : lire et retenir les informations utiles à chaque étape du traitement, savoir présenter ses réponses dans un rapport, gérer son temps pour traiter si possible toutes les questions, choisir les outils adaptés au problème à traiter etc
- de comprendre le niveau des attentes du correcteur en prenant connaissance de la grille du barème

Le professeur peutproposer un prolongement à la question 1 de la IIe partie qui enrichit le cas. Une proposition de corrigé est fournie en annexe.
1. Proposer une arborescence sur l’espace collaboratif, réunissant les documents à partager qui sera commune aux acteurs d’un projet type. Définir la règle de nommage de ces documents (annexes 3 et 8) en l’illustrant d’un exemple. Déterminer les droits d’accès respectifs desdifférents acteurs en justifiant les choix opérés.
Remarque : ce prolongement allonge la durée de traitement, il n’est proposé que si le professeur utilise le cas comme un entraînement guidé et non en sujet d’évaluation

Le professeur peut découper l’exploitation du cas en plusieurs séances, réalisation de la première partie, puis réalisation de la deuxième partie. Cette exploration prendraplus de temps que les 4 heures prévues le jour de l’épreuve.

La comparaison des différentes propositions fournies par les étudiant(e)s constitue un excellent exercice sachant qu’il y a plusieurs solutions acceptables.
(L’annexe 2 de ce guide propose par exemple une solution alternative au schéma présenté dans le corrigé concernant la deuxième partie – question 2).

Deuxième type...
tracking img