Socialisation primaire et secondaire

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 13 (3050 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 29 novembre 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
UEO 1 - SOCIOLOGIE DE L EDUCATION : EC a -Socialisations
[pic]Processus de socialisation Primaire et Secondaire

Qu’entend-on par socialisation primaire ?
Est-elle réservée à la famille ? Doit-elle disparaitre au bénéfice d’une socialisation secondaire ?
Quelles sont les instances de ces différentes socialisations ?

I – La socialisation primaire
I- 1- la marque de la socialisationprimaire :

Toute l’histoire de l’homme est marquée par ses origines, ses premiers rapports au monde, par les conditions de son développement. Comme avec la métaphore de la pâte à modeler, la première « empreinte » est importante, mais elle n’est pas surdéterminante, irrévocable.
Même si certains psychologues ont pu écrire pour provoquer que « Tout se joue avant 5 ans », les trajectoiressociales tardives de certains individus nous montrent que cette socialisation primaire a toute son importance mais n’est pas rédhibitoire.
L’enfant est par nature « influençable ». Toutes ses connaissances ou représentations dans l’avenir vont se construire à partir de ses premières expériences. Il est donc réel de dire qu’il est « marqué » originellement par son premier milieu qui est celui de safamille.
De plus, le statut de l’enfance, le place à cette période en situation de dépendance totale. Il ne peut encore faire acte de « négatricité » de résistance. Sa situation de dépendance, de dominé le place en soumission, en acceptation des contraintes parentales (conf. L’Emile de Rousseau).
Durkheim n’hésitera pas à parler de la puissance hypnotique de l’éducateur sur l’enfant, de la« passivité » de l’enfant.

Heureusement, la psychologie moderne nous a permis de constater que l’enfance n’était pas uniquement une période de latence ou de conditionnement total. L’enfant intervient déjà singulièrement dans ses pratiques. Ainsi, il est capable de déjouer des interdits (télévision), il anticipe les événements, fait preuve d’inventivité, il découvre les objets, il contourne certainesrègles, use de la ruse, construit des scénarios, des affabulations.

I- 2- La place de la famille, mais aussi de l’environnement :

L’environnement familial est prépondérant dans la qualité de cette socialisation primaire.
J.Lautrey (1980) nous le rappelle : « les conditions de vie et de travail, liées au statut socioéconomique des parents, déterminent leurs pratiques éducatives qui, à leurtour, influent sur le développement intellectuel de l’enfant. »
Ainsi montre-t-il comment l’environnement familial (faible, souple ou rigide) peut jouer sur le développement cognitif des enfants. « les enfants élevés dans une structuration souple sont en avance du point de vue du stade atteint dans leur développement opératoire. »
Depuis, d’autres études ont pu démontrer que la qualitérelationnelle au sein des membres de la cellule familiale était plus importante que le seul déterminisme des CSP. La relation affective, l’équilibre interne à la famille, la qualité de la communication et du respect seront sans doute déterminants dans la construction des repères sociaux et la socialisation de l’individu.
Au-delà, les travaux de De Singly montrent la possible pluralité des formes de lafamille (monoparentale, homosexuelle,) sans pour autant détruire directement la socialisation primaire. La forme de la cellule familiale importe moins que la qualité des relations entre les membres de celle-ci.
Ici, il faut sans doute repenser en termes de « qualité » (amour, affection, respect, posture respective de l’adulte et de l’enfant, …) les conditions favorables au développement de lasocialisation primaire. Là encore, le regard (et la responsabilisation) de la seule cellule familiale est réductrice. La famille, c’est aussi les autres membres de la famille (grands parents, oncles et tantes, conjoints, et amis fidèles). Ne faut-il pas parler du « clan » (pour ne pas revenir au concept de la tribu) qui favorise consolidations et compensations dans la construction des repères...
tracking img