Societes et ideologie au 19eme

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 8 (1822 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 16 mai 2009
Lire le document complet
Aperçu du document
SOCIETES ET IDEOLOGIES AU XIXe SIECLE
I - UNE NOUVELLE SOCIETE

A. LA LENTE EVOLUTION DES CAMPAGNES
• Au XIXe s., la population rurale est encore très nombreuse dans les pays industrialisés, mais elle devient minoritaire dès 1850 en Angleterre et après 1880 en Allemagne. Méfiants face à l'innovation et manquant de capitaux, les agriculteurs n'appliquent que lentement les techniques nouvelles.Beaucoup subsistent grâce au travail familial et à la pratique d'une polyculture traditionnelle. D'autres quittent la campagne, victimes de la mécanisation de l'agriculture ou du morcellement des terres, par héritage. Cet exode rural favorise l'essor des villes et fournit une main-d’œuvre bon marché à l'industrie ; il alimente aussi l'émigration vers les pays neufs, États-Unis, Canada, Amériquedu Sud.
• Une nouvelle génération d'agriculteurs, plus soucieuse de productivité, apparaît néanmoins dans les grandes plaines du Nord de l'Europe et surtout aux États-Unis. Ces pionniers de l'agriculture font appel au crédit bancaire pour acheter engrais chimiques et machines, telles les moissonneuses-lieuses et les batteuses à vapeur.

B. LE TRIOMPHE DE LA HAUTE BOURGEOISIE
• L’anciennearistocratie des grands propriétaires terriens comme les boyards russes ou les junkers allemands garde encore de l'influence dans la société mais connaît des difficultés à cause de la baisse des revenus de la terre. Cette évolution touche aussi les rentiers, encore nombreux au XIXe s.
• Cependant, l'essor de l'industrie hisse aux premiers rangs chefs d'entreprises et banquiers. Aux « dynasties » desdébuts de la révolution industrielle (les Rothschild, les Schneider, les Krupp) s'ajoutent les « rois » apparus aux États-Unis à la fin du XIXe s. (Rockefeller, Carnegie, Morgan). Ces bourgeois sont parfois partis de rien (Carnegie) ; aux États-Unis, on les appelle des « self-made-men ». Ils s'imposent par leurs connaissances techniques, leur esprit d'innovation et leur capacité à entreprendre.
•Très attachés à la liberté économique et conscients de leur importance, ils accumulent propriétés et capitaux qui leur procurent pouvoir et considération. Ils ont reçu une éducation généralement rigoureuse. Ils ne tiennent pas à montrer leur richesse mais se font construire des hôtels particuliers en ville ou des résidences secondaires dans les stations thermales à la mode, lancées parl'aristocratie, par exemple, en France, la Côte d'Azur, lieu de villégiature des aristocrates anglais et russes avant 1914.
• Ces élites sont toutefois éprouvées par la Première Guerre mondiale et par la crise boursière des années 1930, qui provoquent l'inflation et la chute du cours des actions. Peu à peu apparaît à leurs côtés une nouvelle couche de cadres dirigeants s'imposant par leur seule compétence,alors qu'ils ne sont pas propriétaires d'entreprises. Ainsi la haute bourgeoisie se renouvelle-t-elle grâce à sa capacité d'incorporer des personnalités nouvelles, souvent recrutées par concours en dehors de ses rangs.

C. L’EMERGENCE DES CLASSES MOYENNES
• Entre la riche bourgeoisie et les classes populaires, les classes moyennes se composent de professions libérales (avocats, médecins,journalistes), d'ingénieurs, de petits entrepreneurs et de commerçants. Ces deux dernières catégories connaissent des difficultés car elles sont concurrencées par la grande industrie à un moment où leurs économies sont laminées par l'inflation après 1918.
• Parallèlement se développent des activités de service qui recrutent de plus en plus d'employés et de cadres. Les « cols blancs », incluant aussi unnombre croissant de fonctionnaires, veulent se démarquer à tout prix des classes populaires, les « cols bleus ». Ils s'en distinguent, non seulement par le vêtement, mais aussi par la culture, le mode de vie, même si les revenus des employés ne sont guère plus élevés.


II - LE MONDE OUVRIER

A. LA DIVERSITE DU MONDE OUVRIER
• La révolution industrielle a engendré une catégorie sociale...
tracking img