Sociologie de l'école

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 9 (2122 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 21 mars 2011
Lire le document complet
Aperçu du document


PLAN :

I - Repères historiques
II - Sociologie des inégalités d’éducation
1) L’enquête INED (Institut National d’Etudes Démographiques)
2) Reproduction socioculturelle
- P. Bourdieu
- J.C. Passeron
3) L’école capitaliste
- Baudelot
- Establet
4) Ecole et stratégie individuelle
- R. Bourdon
(III - Actualités)

Bibliographie (à voir sur le cours)Introduction :

La sociologie de l’éducation est une branche majeure de la sociologie française mais s’est fortement développée dans la seconde moitié di XXème siècle. On parle véritablement d‘« école » à partir des années 1960. E. Durkheim (1887-1917) est au cœur des préoccupations de l’école. Cette grande interruption est due :
- successeurs de Durkheim qui avaient d‘autres domaines d‘investigation(Mauss et Halbwachs)
- guerres
=> Trou démographique

Emile Durkheim (1887-1917)
1902 : Sorbonne - science de l’éducation

La IIIème République (1870-1940) met en place un enseignement centralisé. Cohésion sociale et politique : projet républicain. L’éducation consiste en une socialisation méthodique de la jeune génération. L’éducation va au-delà de l’apprentissage des méthodes => plus vers unesocialisation (normes, valeurs, pratiques… transmises d’une génération à une autre) Le rôle de la sociologie pour Durkheim est de s‘intéresser à l’éducation au sens large, plus l’éducation scolaire, fonction d’intégration sociale dévolue à l’école.

I - Repères historiques

Vision de continuité fausse. On ne parle pas de la même chose qu’au Moyen Age malgré les transmissions des savoirs. (=>impératifs de socialisation)

Socialisation : Ensemble des moyens qu’une société se donne pour fabriquer un individu qui soit capable de participer à une manière d’être ensembles.

Avant, il n’y avait pas d’enseignement homogène et pas de lieux circonscrits d’enseignements (places…). Or la relation pédagogique est différente de la relation apprenti/maître
=> Une forme particulière detransmission des savoirs.
L’école a des origines urbaines car concentration des populations et classes bourgeoises.

Pour former des citoyens « il faut donner à tous une nécessité d’éducation » : projet républicain, cohérence politique. Mise en place des institutions + Etat centralisé.
Etat, objectifs :
Produire une cohésion sociale
Contrôle social
Ex : Roms (l’intégration des Roms doit sefaire tout d’abord par l’obligation de scolarisation pour un socle commun)
Il n’y a l’école qu’à partir du développement de la notion d’ « enfance », catégorie d’âge spécifique (=> idée récente)
Avant, on considérait les enfants comme des adultes miniatures, sans besoins spécifiques. Mais est apparue l’idée que l’enfance n’est pas à confondre avec une autre période.
XVIème siècle : apparition del’enfance dans les milieux urbains. Il a fallut II siècles pour répartir la notion d’enfance partout en France. (ère culturelle)

Emergences de caractéristiques contemporaines au tournant su XIXème/XXème siècle.
Opposition privé/public
Unification de l’enseignement primaire et secondaire
Extension de la scolarité

Opposition privé/public :

XIXème siècle : pas de secteurs publics d’éducation,strictement privé et confessionnel.
Petit à petit un réseau d’éducation publique se met en place.

1833 : Loi Guizot
Obligation aux communes de plus de 6000 habitants d’ouvrir une école primaire.

1850 : Loi Falloux
Deux secteurs d’éducations : privé/public.

1870-1940 : IIIème République
L’école s’améliore.

Lois Ferry
- 16 juin 1881 : gratuité absolue de l'enseignement dans lesécoles primaires.
- 28 mars 1882 enseignement primaire obligatoire.
- 30 octobre 1886 : Laïcisation des contenus.

- Formation d’un corps d’enseignants (hussard(e)s de la République).
- Interdiction aux religieux d’enseigner dans l’école publique.
- Batailles fortes entre secteurs privés et publiques.

1959 : Loi Debret
L’était, arbitre de la liberté d’expression, reconnait un rôle...