Sociologie des organisations

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 61 (15039 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 29 novembre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Introduction générale 3
Chapitre 1 : l’école classique 7
I) Taylor et l’OST 7
1) Les principes 7
2) Les disciples de Taylor (Ford principalement) 9
3) Les limites du modèle taylorien 10
II) Fayol et la gestion administrative 10
1) Fonctions 10
2) Les principes 11
3) Les disciples 11
III) Urwick et sa théorie organisationnelle 11
IV) L’apport de Gulick 12
V)Après Urwick et Gulick : la théorie de la départementalisation. 13
VI) Webber et la bureaucratie. 14
1) L’œuvre de Webber 14
2) La théorie de l bureaucratie de M. Webber 14
3) Les différents types d’autorité selon Webber 15
4) Conclusion : 15
VII) Conclusion finale. 16
Chapitre 2 : l’école des relations humaines (1930) 17
I) Le contexte 17
II) Elton Mayo : l’expérienced’Hawthorne 17
1) L’auteur 17
2) L’effet Hawthorne 17
3) Les enseignements de cette expérience 18
III) Kurt Lewin et la dynamique de groupe 19
1) L’auteur 19
2) Les différentes approches du leadership 19
3) La problématique de la dynamique des groupes 19
IV) L’étude des motivations : Maslow et Herzberg 20
1) Maslow : la théorie des besoins et des motivations 20
2) Herzberg 223) Les théories dites de processus 23
V) Apports et limites 23
Chapitre 3 : l’école des systèmes sociaux 25
I) La psychologie « post-hawthornienne » 25
1) Mac Gregor et la dimension humaine de l’entreprise (théories X et Y) 25
A) L’auteur 25
B) Les fondements de a théorie X 25
C) La théorie Y : une alternative managériale possible 26
2) Likert : du principe des relationsintégrées au style de direction 27
A) L’auteur 27
B) Le principe des relations intégrées 27
C) Les styles de direction et de management 27
II) La théorie de la décision : H.A.Simon et la théorie de la rationalité limitée 28
1) H. A. Simon : l’auteur 29
2) Le modèle décisionnel de Simon 29
3) La rationalité limitée selon Simon 30
III) La théorie du comportement : Cyert etMarch 31
1) Les auteurs 31
2) La théorie comportementale de la firme 31
3) La quasi-résolution des conflits 31
IV) Conclusion : 31
Chapitre 4 : l’école socio-technique (1950) 33
I) L’analyse socio-technique 33
II) Organisation des postes de travail 33
III) Les groupes semi-autonomes 33
IV) Conclusion 34
Chapitre 5 : l’école néoclassique (1955) 35
I) Théories etpratiques 35
II) Quelques chefs de file 35
1) Sloan et le concept de décentralisation 35
A) L’auteur 35
B) Le pragmatisme de Sloan 35
C) Une structure divisionnelle 36
2) Gélinier 36
3) P. F. Drucker 37
4) Chandler et l’histoire des entreprises (dans la logique de l’école néoclassique) 38
III) Postulat et principes 39
1) Les postulats 39
2) Les principes 39
3) Bilan 39IV) Conclusion : les points forts et les points faibles de l’école néoclassique 39
1) Les points forts de l’école néoclassique 39
2) Cette école comporte néanmoins des points faibles : 40
Chapitre 6 : la synthèse de Mintzberg 41
I) L’œuvre de Mintzberg : la structuration des organisations 41
II) Mécanismes de coordination 41
1) Six mécanismes de coordination 41
2) Lesfinalités de ces mécanismes 42
3) Une modélisation du fonctionnement des organisations 42
A) Les 5 + 1, donc six parties de base d’une organisation 42
B) Les quatre coalitions externes 43
C) Les flux 43
4) Les paramètres de conception de l’organisation 43
5) Les facteurs de contingence 44
6) Les configurations organisationnelles 45
III) Conclusion 46
Conclusion générale 47Introduction générale

Gareth Morgan : les 7 images de l’organisation :

« L’organisation vue comme… »

* …une machine :

Image essentielle : chacun à sa place

Auteurs : les classiques Taylor, Fayol et Weber

Métaphore (= symbole) : mécanique

Vocabulaire : contrôle, division des tâches, Organisation Scientifique du Travail, hiérarchie

Domaines influencés : production...
tracking img