Sociologie linguistique

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 54 (13430 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 13 décembre 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
SOCIOLOGIE DU LANGAGE

La sémiologie et ses applications p. 2
Ch. 1 : Introduction à la sémiologie p. 3
Ch. 2 : Trois niveaux de définition de la sémiologie p. 5
Ch. 3 : Applications de la sémiologie p. 11

Les grands concepts de la linguistique p. 14
Ch. 1 : Le concept de « communication » p. 15
Ch. 2 : Le concept de « signe » p. 20
Ch. 3 : Les concepts importants de lasociolinguistique p. 26

La lexicologie p. 28
Ch. 1 : Les grandes familles de mots p. 29
Ch. 2 : Le sens du mot p. 32

Index p. 37

La sémiologie et ses applications
Ch. 1 :Introduction à la sémiologie
Ferdinand de Saussure, fondateur de la linguistique. Le père fondateur de la linguistique est Ferdinand de Saussure[1] (1857-1913). De 1907 à 1911, il enseigne à Genève où il fonde les théoriesmaîtresses des sciences du langage. Son cours est publié de façon posthume en 1916 sous le titre Cours de linguistique générale. C’est l’ouvrage fondateur. Saussure élabore la linguistique, définit ce champ, notamment par rapport aux autres disciplines. Il pense à l’économie, à la sociologie, à l’anthropologie, à la « psychologie générale ».
La sémiologie selon Saussure : l’étude de la vie dessignes au sein de la vie sociale. Saussure s’interroge sur la place de la linguistique à partir des signes. Il parle d’une future discipline qu’il appelle la « sémiologie ». Ce terme vient du grec « σῆμα » qui signifie « signe » et de « λόγος » qui signifie « discours ». La sémiologie est donc la science des signes. Selon lui, le but de cette science est d’« étudier la vie des signes au sein de lavie sociale »[2]. Il ouvre une fantastique perspective de recherche. Il ne parle pas seulement des signes linguistiques. En quelque sorte, tout peut être signe (par exemple, les blasons, les symboles de grade à l’armée, etc.).
La linguistique, une sémiologie particulière. Saussure définit la linguistique comme une sémiologie – parmi d’autres possibles – traitant du signe verbal (oral ouécrit). Ce qui est vrai pour la sémiologie est aussi vrai pour la linguistique.
La sémiologie selon Lévi-Strauss : tout est signe. La sémiologie, depuis Saussure, a évolué considérablement. On parle de sémiologie sociale ou de sémiologie de la culture. C’est Claude Lévi-Strauss qui en a jeté les bases. Il révise la définition de l’objet de la sémiologie. Pour lui, la définition de Saussure(selon qui la vie des signes est incluse dans la vie sociale) est trop restrictive : elle suppose qu’il y aurait une vie des non-signes. Lévi-Strauss en arrive à la conclusion qu’il n’y a pas de raison de distinguer entre vie sociale et vie des signes. Pour lui, la communication n’est pas une dimension de la vie sociale mais la vie sociale même. Lévi-Strauss dissout donc complètement la frontièreentre vie des signes et vie sociale. Les deux vies ne font qu’une. La sémiologie contemporaine pose donc que tout est signe. Cela modifie le rapport à la réalité. Nous vivons parmi les signes, nous sommes nous-mêmes des signes. Même le refuse de communiquer est un signe, une communication.
La réalité, interprétation du réel. Une société est confrontée à un « réel » qu’elle convertit ensignes. La « réalité » est le « réel » interprété. Autrement dit, il y a d’un côté le réel (qui est en attente de signes) et de l’autre la réalité. Par exemple, le réel « mort » n’a pas la même réalité selon les sociétés. On ne fait donc pas que désigner objectivement le réel, mais on l’interprète.
Le signe produit la réalité. Le signe n’est pas seulement désignation du réel, mais production dela réalité. Le signe est ce qui fait exister (socialement) ce qui existe. C’est la phrase de Bachelard : « Que la Terre tourne, c'est donc là une idée avant d'être un fait. » Le sida n’a existé (dans la réalité) qu’à partir du jour où il a été nommé. On l’a d’abord rabattu sur les maladies déjà connues. (Notons que quand quelque chose est absurde, irrationnel pour nous, c’est qu’on est dans...
tracking img