Sociologie politique cours (droit paris1)

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 213 (53017 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 13 décembre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Sociologie politique
Mr Sacriste

Bibliographie(Manuel) : - Jacques Lagroye, Frederic Sawicki, Bastien Francois (Socio politique, Dalloz) > référence absolue mais difficilement utilisable .
* Mémento Dalloz de Chagnollaud « Science politique »
* Philippe Braud« Manuel de sociologie politique » (plus théorie politique)
* Daniel Mouchard et Dormangen « introduction à la sociologie politique »

(Petits livres) : - Repère : Yves Deloye « Sociologie historique du politique »
- Daniel Gaxie « la démocratie représentative »Pour allez plus loin, revues de science politique : « Politix » ; « La revue française de science politique » (référence, plus classique, moins critique)


13 Février 2008

Introduction générale :

La discipline de la sociologie politique s'estconstruite historiquement contre les sciences juridiques au cours du 19ème siècle. La distinction se fait sur le fait que le droit s'appuie sur les règles théoriques, tandis qu'en sociologie politique, on étudie les pratiques.

§1) La naissance de la science politique comme matière académique

C'est au cours du 19ème, que les premiers projets voient le jour enFrance. La première école de Science politique apparaît en 1848 à Paris, lors des émeutes populaires qui mettent en place la seconde République. Cela, afin de permettre la bonne gestion de l'État, de rationaliser l'action de l'État et éviter les débordements que pourrait provoquer l'arrivée de nouvelles couches sociales. La bourgeoisie française avait peur de revoir les débordements de la révolutionfrançaise de 1789. Il fallait donc encadrer les « masses politiques » avec des hauts fonctionnaires compétents bien formés : c'est l'ENA (l'école nationale d'administration) qui avait ce but. L'existence de cette école est éphémère, elle disparaît sous le second empire, mais apparaît comme un tentative de rationalisation de la politique de l'État, et est donc l'ancêtre de l'ENA. Ce second projet estmené au début des années 1870, et voit le jour dans le même type de circonstances. En effet, en 1871, la France capitule face à l'Allemagne, et la Commune de Paris. Cette dernière, de même que la révolution de 1848, va témoigner de l'accession des masses sur la scène politique. Cette insurrection va très largement effrayée de larges franges de la bourgeoisie parisienne. En mai 1871, la semainesanglante, les communards sont écrasés, et c'est dans ce contexte qu'apparaît deux tentatives concurrentes d'institutionnalisation des sciences politiques : création de « l'école libre (libre=privée) des sciences politiques » en 1872 (ancêtre de Science po Paris), et a pour ambition de répondre à l'insurrection de la commune en développant et diffusant un programme d'études susceptible de répandreles « saines doctrines », c'est à dire le principe de la représentation politique, c'est à dire la prohibition de la démocratie directe et le principe d'une économie libérale. La seconde ambition, est de former un personnel politique et administratif compétent avec l'idée qui hantait les élites françaises : être en situation de concurrence avec l'Allemagne. Le fondateur est Émile Boutmy. Il a pourobjectif de redresser la France après la défaite, et concurrencer les élites allemandes. Cette école de science politique, entend développer un programme scientifique moderne :Il faut étudier les choses politiques pour ce qu'elles sont, plutôt pour ce qu'elles doivent être. Boutmy a pour ambition qu'on observe comment fonctionne concrètement la vie politique, l'administration française, et les...
tracking img