Sociologie politique

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 108 (26782 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 28 novembre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Sociologie Politique

Mai/Juin question de cours

Introduction : Qu’est ce que la sociologie politique ?

Dans le sens commun on parle souvent de sciences politiques qui est souvent confondu avec une démarche de réflexion sur ce que doit être un bon gouvernement ou ce que doit être « le » bon gouvernement.
Cette perspective implique un jugement de valeurs. La science politique est associéeici à la philosophie politique. Dans cette optique la sciences politique ne serai que l’analyse des grands textes de penseurs traditionnels qui ont réfléchie sur « qu’est ce que la vie en commun ? » « Comment s’organise la vie collective ?» =  « qu’est ce que la Res Publica ? ».
On est dans la ligné de Platon et Rousseau.
Cependant si on la résume aux textes rédiger par les grand philosophes onest dans une perceptive un peu réductrice. Car ces philosophes développaient des analyses qui n’étaient pas de chercheurs en politiques mais bien d’avantage qui se comportait en moraliste. En effet si l’on reprend Platon ou Rousseau, la question est de savoir quel est le meilleur mode vie collective pour les citoyens. On est finalement dans une démarche empreint de morale et de jugement morauxcar on essaie de réfléchir au meilleur régime possible.
Le chercheur politique ne cherche pas à juger mais à comprendre. Il ne cherche pas a juger de savoir si c bien ou mal que les homme vivent de telle ou manière mais de savoir pourquoi les hommes vivent de cette façon. Il n’a pas de jugement moral. Il veut comprendre pourquoi les hommes vivent de telle ou telle façon. Tout cela au regard decritère qui est établie par l’observation des pratiques politiques. A cet égard on peut dire que les premier savants du politique s’appelle Montesquieu, Macquiavel, Tocqueville ou encor Max Webber et Marx.

Pourquoi se sont les savants du politique ?

• Montesquieu : c’est un des premiers grands voyageurs qui abandonne la position ethnocentrique des penseurs de son époque. En effet à son époqueon ne s’intéresse qu’a l’Europe alors que lui se questionne sur les peuples « barbares ». Il fait apparaitre une dimension comparative. Orient/Occident = Chine/Perse. Texte : L’esprit des lois.

• Tocqueville : Son œuvre se rapproche de celle de Montesquieu notamment lorsqu’il se rend aux U.S.A pour étudier leurs systèmes judiciaire et pénitencier. En les comparants au système français ilfait aussi une comparaison. Il essaie de comprendre pourquoi les états sont différents.

• Max Webber : Il fait un peu de même cependant il va plus loin puisqu’il analyse rigoureusement les faits sociaux. Il a aussi le soucis de la comparaison il élabore des variable d’analyse qui permette d’appréhender les différences politiques. C’est pour cela qu’il voit dans la variable religieuse unevariable fondamentale pour comprendre les systèmes politiques françaises. Pour lui l’éthique protestante est favorable à l’essor du capitalisme et aux Etats-Unis surtout alors qu’a contrario le catholisicisme constitue un frein à l’essor du capitalisme. C’est l’un des premiers grands penseurs de l’Etat puisqu’il est un des premiers à développé des analyses rigoureuses. Critères qui sont constitutivede l’Etat moderne et de sa bureaucratie.
• Macquiavel : Œuvre importante car elle rompt avec le moralisme des « savants », « penseur » de son époque. Cela pour décrire la rudesse et la cruauté qui est nécessaire à l’exercice du pouvoir. C’est surtout le cynisme qui est développé dans ces textes qui en font une œuvre moderne. Il décortique les mécanisme du pouvoir et cela sans les enjoliver.Ouvrage : Le prince.
• Karl Marx : grande rupture, car il fait dans son œuvre un effort conceptuel. Construction d’un appareil théorique rigoureux qui repose sur l’élaboration de concepts. Souvent économique mais mobilisable comme la lute des classes, les modes de productions. Ces concepts permettent de mieux appréhender l’Etat et son mode de fonctionnement. Il y a une puissance...
tracking img