Sociologie

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 18 (4298 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 3 décembre 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
CM Sociologie

3ème cours ( 05/10/10)

2. LE CONTEXTE IDEOLOGIQUE

* la raison et les lumières

[...]

* Face à une pensée réactionnaire encore vive

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

* Face à une pensée réactionnaire encore vive

La connaissance tirée de la science doit donc se développer. C'est l'hommequi est au centre de toutes les connaissances. 19ème siècle : Il est important de développer les savoirs sur l'homme et sur la société dans laquelle les hommes vivent. Pensée des lumières > pensée progressiste > à partir de la science, de la connaissance scientifique de l'homme et de la société, il doit etre possible de proposer des avancées. Période ouverte aux changements et à la nouvauté.Mouvement général de la société plutot orienté vers les découvertes, les sciences et le progrès. Pour autant, on a un certain nombre de penseurs - les penseurs réactionnaires - qui vont eux aussi chercher à réflechir à cette dilution du lien social. Au sein des villes, on observe plus les mêmes types de solidarité autrefois observés dans les villages et les familles. En permanence, les auteurs vontetre confrontés à des débats, des discussions, des échanges avec des penseurs réactionnaires pour lesquels il ets nécéssaire de revenir à la révolution française car la révolution, les droits de l'homme n'ont rien donné. Les nouveaux concepts n'ont pas de valeurs pratiques > troubles. Pour ces auteurs la phylosophie des lumières et al révolution considère l'homme en dehors de la tradition, cad endehors de ses attaches. La phylosophie de slumières a oublié que les hommes sont liés les uns aux autres par de sliens inscrits dans la tradition. La société d'hier fabriquait des rapports sociaux, par exemple la division de la société en trois ordres. Chacun savait ce qu'il avait à faire puisque chacun savait qui il était. En abolissant la barrière entre la noblesse et le tiers-état, la placedésignée à chacun ne dépend plus de la tradition. Ces auteurs proposant des discours antirévolutionnaires, visent à remettre au centre de la société la religion et les systèmes communautaires.

3. SAINT-SIMON

* Biographie

Claude Henry de Rouvroy, comte de saint Simon (1760/1825).
Il a reçu des enseignements directement des penseurs les plus importants de la phylosophie des lumières.
Sesouvrages :
La lettre d'un habitant de Genève à ses contemporains
L'organisateur
Le catéchisme des industriels
* Apports
Saint-Simon est l'auteur d'une théorie des classes sociales. il y indique qu'une immense majorité de travailleurs est exploitée par une faible minorité.

Saint -Simon essaie de réfléchir à la meilleure manière de faire en sorte où tout le monde puisse participier àl'égalité. Pour cet auteur, la solution vient du fait que on pourrait concevoir une élite d'intellectuels, de chefs d'entreprise, où leur travail serait d'organiser la société en accord avec les découvertes scientifiques et tech les plus récentes. Pour cet auteur, construire une société juste, consisterait alors à contruire ce qu'il appelle un "conseil des lumières" composé de scientifiques,d'intellectuel, d'ingénieurs, de philosophes qui auraient pour objectif d'administrer la France, cad de gouverner selon les règles de la science. On pourra trouver une société dans laquelle on luttera contre une société dichotomique (=une société divisée en deux). D'un côté les propriétaires rentiers (1/25ème) et de l'autres des producteurs. Pour Saint-Simon, il y a d'un côté uen classe indus, de l'autre,une classe de propriétaires. Cette classe indus se compose de tout ceux qui travaillent dans l'agriculture, le commerce et l'industrie. Autrement dit, on parle de classe fondamentale, cad la classe de ceux qui participent à nourrir l'ensemble de la société. A l'inverse, on a un certain nombre d'inproductifs qui viennent prendre les ressources réalisées par les travailleurs. L'idée ets donc de...
tracking img