Soi dit en passant

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 96 (23858 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 20 avril 2009
Lire le document complet
Aperçu du document
Introduction :

Le temps et l’espace, les lieux et les gens, semblent ici et là porter un caractère fuyant.
Cette fuite revêt dans son essence même une misère et une souffrance profondes, impalpables, qui viennent alors se jouer mais aussi se déjouer devant les yeux de l’éducateur, de l’infirmier, du médecin… comme un défi à la société « excluante ».
Combien sont ils ? Ces hommes etces femmes que j’ai vu, rencontré, écouté, porté, orienté dans ce qui pourrait se définir comme des passages de l’urgence sociale.
Les compter me semble soudainement futile, peut-être la peur d’enlever le caractère subjectif de chacune de ces rencontres ?

Ils font partis du monde des sans, sans papiers, sans logis, sans abris, sans domicile fixe sont ceux qui viennent habiter, à défaut dedomicile, l’urgence sociale.
Ils l’habitent en se rendant de ville en ville, de foyer en foyer, de structure en structure… Autant de passages, de mouvements, qui viennent marquer l’errance, une forme de recherche de soi prise dans un perpétuel mouvement.
Ils l’habitent également en s’isolant, en refusant et rejetant tout dispositif ou toute aide.
Ceux là ce sont les clochards, les« naufragés », ceux pour qui les Samu Sociaux dans leur mission initiale ont été créés.
Dans le quotidien de ce qui est appelé l’urgence sociale, les équipes du Samu Social tentent en effet de venir en aide aux personnes en situation de grande exclusion, problématique venant pointer l’hébergement, la santé mais aussi et surtout la souffrance et la rupture de lien social .
C’est dans ce paradigme de l’urgencequ’ont donc été créés les premiers Samu Sociaux en 1993 à l’initiative de Xavier Emmanuelli.
Cette notion d’urgence sociale (par analogie aux SAMU médicaux) insère dans le paysage médico-social mais aussi politique, le fait que les SDF ne sont plus des vagabonds répréhensibles mais des victimes sociales.
Le principe du Samu Social trouve sa spécificité dans sa démarche qui consiste à proposer,et non à imposer, une relation ou une prise en charge dans une mobilité et une volonté « d’aller vers » ceux qui en ont besoin mais qui n’en font pas ou plus nécessairement la demande.
Depuis, ce système institutionnel c’est largement répandu sur l’ensemble du territoire national et a été formalisé par la Loi de lutte contre les exclusions de 1998, qui a instauré le dispositif de veillesociale.
Mais cette veille, comme pour porter une attention particulière au sommeil de ces grands exclus, se nourrit à la fois d’un travail essentiel et professionnel mais aussi de forts paradoxes.
La population accueillie dans les méandres de l’urgence sociale n’est donc plus seulement cet homme boiteux à la barbe longue, c’est aussi ces sans papiers venant tenter leurs chances au sein d’une nation« égalitaire », ces femmes et ces hommes ayant tout perdu suite à ce qu’on pourrait appelé des accidents de vie, ces jeunes en quêtes de sens dans un avenir de plus en plus incertain, ces anciens combattants, ces femmes violentées, ces familles pèlerines tant elles ont marché, et puis, et puis, et puis… .

Alors pendant neuf mois j’ai partagé, observé, pris position en tant que stagiaireéducateur spécialisé dans cette équipe du Samu Social de Bordeaux.
J’ai eu bien souvent l’impression que l’éducateur spécialisé dans ce type de structure est lui aussi pris dans une mouvance perpétuelle, l’emmenant à construire sa pratique professionnelle en passant dans des lieux toujours plus atypiques.
De l’accueil au local à cette entrée de parking, de cette salle d’attente des urgences en passantpar ce foyer d’hébergement, de cette rue sombre à ce sous-bois humide, l’éducateur va à la rencontre de ces personnes que la situation familiale ou économique, la maladie, la folie, la perte de logement ou de tissu relationnel… à plongé dans une effroyable déshumanisation.
L’éducateur du Samu social doit donc composer, inventer des solutions provisoires, négocier pour que la...
tracking img