Solo snow

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 7 (1638 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 19 novembre 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Le Fresnoy-Studio national des arts contemporains, est un complexe artistique consacré à la création audiovisuelle. A la fois école, lieu d'exposition, de production et de diffusion, établi à Tourcoing il a était ouvert en 1997.

Du 10 Février 2011 au 24 Avril 2011 se déroule en se lieu « SOLO SNOW », une exposition de Michael Snow (Commissaire : Louise Déry – Scénographe : Jacky Lautem)Michael Snow est un artiste pluridisciplinaire Canadien, né en 1929 à Toronto. Il c’est fait connaitre grâce au cinéma. Mais jongle entre photographie, installation et projection sonore et vidéographique. Il expérimente au travers de ses différents médiums.
« Solo Snow » montre le caractère pluridisciplinaire et expérimental de cet artiste qui en a inspiré plus d’un, tel que Chantal Akerman unecinéaste Belge.

That / Cela / Dat,
2000, installation vidéo (2moiteurs et 1projecteur vidéo), noir et blanc, sans son, 15min en boucle.

That/Cela/Dat est l’œuvre qui ouvre l’exposition. Trois écrans, trois langues (français, anglais, néerlandais), un même texte, un même temps. Les mots apparaissent un à un dans chaque langue sur chaque écran pour composer des phrases. A la fin de chaque boucle,la langue bascule d’écran et se recompose. Michael Snow joue avec le langage, il met en évidence les similitudes et différences de celui ci dans un jeu graphique de mots.

Dans le même esprit de jeu graphique,
The corner of Braque and Picasso streets,
2009, projection vidéo en temps réel, couleur, sans son, installation in situ (mur écran réalisé par l’artiste pour chaque installation)Loin des écrans lisses des salles de projection. Michael Snow projette ici en temps réel la rue d’entrée du personnel du Fresnoy sur une installation de socle d’exposition. Au dela de vouloir exprimer la surveillance du lieu tel un Big Brother. Il joue sur la perception du relief avec les volumes de l’écran et le 2D de la video comme un peintre cubiste tel Braque ou Picasso qu’il mentionne dans sontitre.

Michael Snow, autre que la video, expérimente aussi la musique. Musicien actif depuis les années 50, il joue du piano parmi d’autres instruments. Au fil de l’exposition on peut alors se poser pour écouter des œuvres sonores. Dont Sinoms, 1989, CD, 53min 12, Solo Piano Concert in Bourges (performance), 2005, CD, Ecole nationale supérieure d'art de Bourges, 50 min, ou encore The Last LP,1994, CD, Art Métropole, Toronto, 50 min.

Michael Snow joue avec la musique qui explose en une multitude de figures. Il crée une relation entre le son et l’image. Comme on peut le voir dans Piano Sculpture, 2009, 4 projections vidéo, couleur, son, 14 min en boucle. Pour cette pièce sonore et filmique, on pénètre dans un espace où aux quatre murs est projetée une vidéo de mains jouant du piano.Au centre de chaque projection une enceinte qui diffuse la musique. Or de temps à autre on remarque que les mains glissent sur le piano et ne frappe pas les touches. On est alors au centre d’une œuvre où Michael Snow jongle avec la perception auditive et visuelle. En les additionnant ou les opposants se qui agit sur nos sensations.

Dans la même optique de perception et de sensation. Onpénètre dans une sombre alcôve pour écouter Diagonale, 1982, installation sonore, 16 haut-parleurs. Au sol sont posés les 16 haut-parleurs qui émettent chacun une note. A l’entré les notes les plus grave et au fond les plus aigu tel une gamme de musique. Le spectateur peut alors circuler dans l’espace et percevoir l’œuvre musical différemment selon le mouvement du corps.

Michael Snow crée un espaceprécis où il expérimente, tantôt avec le clavier d’un piano ou à partir de vibration de notes. On pourrait alors associer Michael Snow au mouvement minimaliste avec Steve Reich qui dans les années 60 crée Pendulum Music, des micros suspendu au dessus d’un ampli faisant des mouvements de balanciers et créent ainsi des larsens périodiques tel un métronome. On est alors là aussi à mi chemin entre...
tracking img