Sommair

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 17 (4093 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 10 décembre 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
CAUSE COMMUNE
Revue citoyenne d'actualité réfléchie

Automne 2007 // 2

Tocqueville : Penser la démocratie
Tocqueville et les pathologies de la démocratie
La Révolution française a-t-elle eu lieu ?
Tocqueville et l’économie / les littéraires / les colonies…
Actualité de Tocqueville

Etudiants et professeurs font Cause commune !

Démocratie et opinion
Opinion publique et démocratieFin de l’idée de représentation ?
L’histoire à la merci des intellectuels
Faut-il « bien penser » ?

Et aussi :
Rubrique « Philoso-focus » (romans, BD, DVD)
Rubrique cinéma, notes de lectures Cerf

Sommaire

Tocqueville : penser la démocratie

I- Tocqueville et les pathologies de la démocratie
- Tocqueville, philosophe, Alain Finkielkraut, Lucien Jaume, Robert Legros
- Alexisde Tocqueville, De la Démocratie en Amérique, Raphaël Enthoven, Pierre Manent, Dominique Schnapper
- Alexis de Tocqueville, ou la démocratie inquiète d’elle-même, Pierre Dupuis
- Le « cœur démocratique » selon Tocqueville, Lucien Jaume
II- La Révolution française a-t-elle eu lieu ?
- Les querelles philosophiques sur la Révolution française, Pierre-Henri Tavoillot
- L'Ancien Régime et laRévolution : la quête des singularités françaises, Eric Till
- Ecrire la Révolution, Pierre-Yves Bourdil
III- Tocqueville, l’économie, la littérature, les colonies…
- Tocqueville, économiste, Eric Keslassy
- Tocqueville chez les littéraires, Laurence Guellec
- Tocqueville et les colonies : Amérique, Antilles, Algérie, Seloua Luste Boulbina
IV- Actualité de Tocqueville
- Tocqueville aujourd'hui,Jean-Louis Benoît
- De la réception de Tocqueville, Charles Boyer
- Les USA vus par Bernard-Henri Lévy (A propos d’American Vertigo), Bruno Guitton

Démocratie et opinion

- Opinion publique et démocratie, Jean-Louis Benoît
- Fin de l’idée de représentation ? Dominique Schnapper
- L’Histoire à la merci des intellectuels, Pierre-Yves Bourdil
- Faut-il bien penser ? Charles Boyer
- Notessur la théorie post-coloniale, Charles Boyer

- Promenades… En route pour Cyrène, Delphine Hassan
- Rubrique "Philoso-focus" (romans, BD, DVD), Frédéric Grolleau
- Rubrique cinéma : Le cinéma : art  ou document? Michel Serceau / Un cinéma de la rétention ? Alain Vauchelles
- Notes de lecture, direction de la recension Guy Samama

EDITORIAL

« A mesure que les citoyens deviennent plus égauxet plus semblables, le penchant de chacun à croire aveuglément un certain homme ou une certaine classe diminue. La disposition à croire la masse augmente, et c’est de plus en plus l’opinion qui mène le monde ».
« Je vois clairement dans l’égalité deux tendances : l’une qui porte l’esprit de chaque homme vers des pensées nouvelles, l’autre qui le réduirait volontiers à ne plus penser. [Ainsi] ladémocratie éteindrait la liberté intellectuelle que l’état social démocratique favorise, de telle sorte qu’après avoir brisé toutes les entraves que lui imposaient jadis des classes et des hommes, l’esprit humain s’enchaînerait étroitement aux volontés générales du grand nombre (…) en une nouvelle physionomie de la servitude  ».

Alexis de Tocqueville, De la démocratie en Amérique, II, 1,chapitre 2, « De la source principale des croyances chez les peuples démocratiques ».

« C’est ainsi, sans attirer l’attention, que le « on » étend imperceptiblement la dictature qui porte sa marque. (…) Le souci d’être-dans-la-moyenne révèle une autre tendance essentielle au Dasein que nous appelons égalisation de toutes les possibilités d’être ».

Martin Heidegger, Etre et temps, §. 27,« L’être-soi-même quotidien et le on ».

La mondialisation, nous dit-on, serait le mouvement à l’œuvre de l’époque, que les uns célèbrent, et que craignent les autres. S’est-on pourtant avisé de ce qui se « mondialise » exactement, soit de la forme nouvelle qui se donne comme ce Nouveau Monde qui est désormais le nôtre depuis plus de deux siècles, et ne peut être réduit simplement à l’extension...
tracking img