Sommes nous des sujets

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 8 (1961 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 15 mai 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Sommes nous des sujets ?
On peut entendre comme def le support d’une predication, un agent conscient de ses pensées et de ses actes, mais aussi un « citoyen » soumis aux lois voire, membre d’un société sous la domination d’un être, et aussi sujet = objet (sujet d’une dissertation par ex).

Il faut approfondir donc le sens de la notion. Ce qui est demandé dans le sujet c’est sommes nous dessujets ? : *il faut réfléchir sur le « nous » = collection d’êtres individuels mais aussi nous au sens relation entre ces individus. Qu’est ce qui peut faire que des individus distincts deviennent un groupe.
*c’est une question , donc cela suppose que l’on pourrait ne pas l’être : en fait et en droit. Peut on constater une réalité que nous sommes des sujets, mais si on ne l’était pas, est ce quecela devrait être ?

Problématique : problème centrale a quelle condition peut on poser une unité notionnelle du sujet articulable à une unité humaine( peut on dire l’homme ?) :
* Peut on prendre conscience de soi sans prendre conscience de soi comme sujet ?
* Faut il penser l’ordre social et plus précisément politique dans une perspective d’intersubjectivité ?
* Individuellement commecollectivement, faut-il dire que nous soyons ou plutôt devenons-nous des sujet ?

I Peut-on prendre conscience de soi sans prendre conscience de soi comme sujet ?

1)La conscience de soi antique n’est pas directement celle d’une conscience de soi antique. Et certaines cultures ne sont pas rapportées à des sujets . Au moyen âge il y a une conscience de soi naturellement, mais ce qui est avanttout reconnu comme principe, comme ce par quoi la pensée existe, c’est le groupe, la cité, le clan, la famille, la religion -> principe et centre par lequel la pensée s’organise. Ce qui est libre est d’abord la cité et on est libre par son statut social (/= de esclave).

2)La conscience de soi comme sujet : notion de créature. Si on rapporte son existence propre non plus à une certaine immanencedu groupe, ce n’est pas pour autant que la notion de sujet va apparaitre. Mais vient la notion de transcendance, qu’elle relève d’un sujet absolu (dieu) , ou d’une forme intelligibles (Platon et ses idées transcendantes)
Donc il ne suffit pas de prendre conscience de soi pour prendre conscience de soi comme sujet :
Augustin ( prend conscience de lui comme créature et non pas comme sujet),Socrate ( constate ne rien savoir de fondamental : prend conscience de soi, il se connait soi meme mais par les formes intelligibles)

3)Cogito de Descartes :
on peut prendre la notion de sujet comme support d’une prédication mais aussi comme à l’origine de mes actes. Descartes :
* Distinguer le fait de l’existence de (j’existe parce que je pense), et l’essence de cette existence (quesuis-je ?). C’est au deuxième niveau que l’on parle de sujet : je suis un être libre et à l’origine de mes pensées.
* Distinguer de ce que fait Kant : le sujet peut être empirique mais aussi transcendantale. Le sujet empirique est celui qu’on me fait reconnaitre ( trait de caractère, métiers, nationalité…) et qu’on connait par l’expérience. Mais sujet transcendantale ne peut être que pensé car est cepar quoi on peut faire des expérience ( non plus un objet de l’expérience) : c’est la raison pure. Le je pense est ce par quoi les pensées sont possibles : je peux me penser empirique car je me pense.
Donc notion de sujet doit etre prise comme principale et comme telle que sa présentation empirique ( ce que je suis) dépend d’un moment transcendantale, condition de la connaissance.

Commentpenser à partir de cette subjectivité individuelle , une subjectivité dans la globalité, le rapport aux autre, et donc au nous ?

II Faut il penser l’ordre social et plus précisément politique dans une perspective d’intersubjectivité ?

1) Model atomistique des individus élément du libéralisme : conception du sujet comme atome .Conception libérale car ce qui déf l’individu est la liberté....
tracking img