-Sonnet 15 continuaion des amours ronsard-

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 6 (1348 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 13 avril 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
-SONNET 15 CONTINUAION DES AMOURS RONSARD-
Introduction:
Dans une langue élaborée et étincelante, propre aux acrobaties rhétoriques et aux complexités de tous genres, le recueil de Cassandre, nous l'avons vu, se compose de décasyllabes au rythme dansant. Cependant, l'héroïne du second livre est une paysanne, Marie, et le style qui la chante, familier et enjoué, se différencie de celui quiconvenait à Cassandre. Ronsard, dans la Continuation des Amours, abandonne le décasyllabe et adopte l'alexandrin au profit d'une écriture plus simple, toutefois encore liée à la tradition courtoise. Ce sonnet est composé de deux quatrains accordant une place toute particulière à l'être aimé et de deux tercets.
Dans ce sonnet, Ronsard place l'objet de son amour au centre de ses préoccupations,formulant ses pensées, ses sentiments avec simplicité
Nous pouvons alors nous demander en quoi Ronsard, dans ce sonnet numéro quinze, développe-t-il ses sentiments entre simplicité et maniérisme, artifice et sincérité.
I] Le maintien d'un cadre traditionnel, entre tradition courtoise et néo-platonisme
Maintien de la tradition courtoise Ce sonnet propre à la Continuation des Amours,inscrit sa dimension poétique dans l'héritage courtois, faisant intervenir l'influence de Pétrarque déjà fortement présente dans les Amours.
La construction symétrique du sonnet est préservée, avec la présence d'anaphores, caractéristiques des Amours. La symétrie n'est cependant jamais totale afin d'accorder un certain dynamisme à la pièce. -Les deux premiers quatrains de cesonnet accordent une place toute particulière à la dame, unique cible amoureuse du poète, illustrée ici par l'anaphore du pronom personnel « Vous ». La structure anaphorique du poème est tout à fait Pétrarquiste.
Ce pronom personnel désignant donc l'objet de son amour est tout d'abord mis en valeur par sa position dans le vers: dans le premier quatrain et dans le premier et deuxième vers du secondquatrain, le pronom « vous » est situé à la césure, coupe centrale de l'alexandrin qui marque une pause après la sixième syllabe. Aussi le poète octroie-t-il une place centrale à sa bien aimée, témoignant de l'attachement qu'il lui porte. Placé en tête de vers aux second et trosième vers du second quatrain, Marie est alors une nouvelle fois illustrée avec insistance.
D'autre part, dans lepremier quatrain et dans le premier et dernier vers du second quatrain, ce pronom est encadré syntaxiquement de manière à être davantage mis en valeur. Il est précédé de {text:soft-page-break} la conjonction « sinon » qui équivaut à la locution « si ce n'est que » permettant de rehausser encore plus la position de Marie. Il est également suivi de la négation « ne » qui produit ici un accentd'insistance renvoyant sur l'importance du pronom « vous » qui précède. Cette position permet également le rapprochement de la personne du poète avec la Dame. En effet, une phrase plus simple aurait été celle-ci « Ma plume ne sait autre sujet que vous ». Cependant, la désignation de l'être aimé aurait été située en fin de phrase et son importance aurait dès lors été bien amoindrie.
-Dans ce sonnet, toutepensée et geste du poète aboutit à la Dame. Ce poème s'inscrit ainsi dans une permanence de l'esprit médiéval , exploitant les thèmes du service et de la fidélité.
Ronsard mentionne tout d'abord diverses parties de son corps (« mon pié », « ma langue », « mon oeil ») toutes reliées au pronom « vous » désignant l'objet de son amour ce qui suggère une idée de soumission: le poète est ainsimentalement mais également physiquement lié à Marie. S'inscrivant dans la lignée de Pétarque, Ronsard apparaît tel l'amant vassal qui cherche à s'élever.
Ce sonnet est relié au thème de la lyrique courtoise, passant de l'évocation de l'être aimé à son idéalisation. Aussi jaillit une rhétorique de la passion avec l'emploi d'hyperboles: les sentiments sont alors exaltés. Les deux derniers...
tracking img