Sonnet d'automne

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 5 (1086 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 11 juin 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Sonnet d’Automne est un poème de Charles Baudelaire. Celui-ci est extrait des Fleur du Mal, section Spleen et Idéal. Charles Baudelaire est un poète novateur du 19ème siècle, il publie les fleurs du mal en 1857. Ce recueil est composé de plusieurs poèmes, aussi surprenant les uns que les autres, puisqu’il ne respecte plus les codes traditionnels des poèmes en vers, et forme fixe. Il enfreint lesrègles tant sur la forme que sur le fond, des sujets tabous à cette époque font leur apparition dans bons nombres de ces poèmes ; notamment dans la section « Vin » ou encore dans « Tableaux Parisiens », ou il parle de l’homosexualité féminine. Son poème « Sonnet d’Automne » traite de l’amour entre un homme et une femme : un homme accablé et une femme inaccessible et oubliée. Nous verrons dans cesonnet en alexandrin, comment nous est perçu cette femme « fatal » ; mais aussi quelle est la conception de l’amour du poète ? Et quel est l’état d’esprit du poète ? Pour ce faire, nous allons faire un plan en deux paries; premièrement, nous allons voir qu’une définition tragique de l’amour se dessine, puis nous allons voir qu’à travers cette description une femme « froide » et un poète qui crieau désespoir s’ouvrent à nous, lecteur.

Dès le début du sonnet, nous assistons à une définition de l’amour selon le poète. On peut noter le champ lexical d’un amour destructeur, « fatal » aux yeux du poète. Il nous donne cette description suite à la question posée par la femme aimée « Quel est donc mon mérite ? ». Le poète expose donc sa conception de l’amour « ténébreux », « bande son arcfatal », « crime » « horreur » « folie » … Cette série de noms donne un sens et une dimension tragique sur la conception de l’amour. Le vers 10 « Crime, horreur et folie ! », par la gradation ascendante et l’exclamation montre le côté dramatique et tragique de l’amour. L’assonance en « r » accentue bien le côté dramatique.
Le poète compare l’amour à l’enfer, au « mal ». On peut noter le champlexical du feu, de l’enfer et par conséquent du mal : « noire », « flamme », « mal », « secret infernal ». C’est bien clair, par cette métaphore filée, on comprend d’emblée que l’amour est synonyme de malheur. Il expose malheureusement très bien à sa chère « Marguerite » ; que l’amour n’est pas fait pour lui. Cette femme désirée est donc prévenu : Baudelaire « hais la passion » vers 8. Car celle-ci luifait « mal ». Le mal est davantage percevable par les rimes en « al » : « animal », « mal », « cristal », « infernal »… « L’Amour », écrit avec une majuscule, qui traduit une allégorie, montre bien que l’amour est une personne à part entière, qu’elle est mortifère tout comme le « Soleil ». Si on situe le sonnet dans son contexte « Sonnet d’Automne », on peut comprendre que c’est à l’automne outout tombe, tout est « fâde », « pale », moment ou l’amour se défait …
Le poète clame haut et fort sa conception de l’amour par les nombreuses exclamations présentes dans ce sonnet. Mais à travers son plaidoyer, se dessine, une femme « froide » qui paraît inaccessible. Celle-ci est fragmentaire, éphémère, mais présente.
En effet, tout au long du plaidoyer du poète se dessine une femme auxcaractéristiques froides. Dès le premier vers ses « yeux », qui en général sont le miroir de l’âme sont comparés à du « cristal » par le pouvoir de la comparaison : « Ils me disent, tes yeux, clairs comme le cristal ». Le cristal est un matériau dur, et reflète bien le tempérament de cette femme, au caractère froid, lucide et dur. De plus, on peut noter la personnification des yeux « Ils me disent », quiévoque le fait que ça soit les yeux et non cette femme qui parle. C’est le poète qui voit dans le regard de cette femme, et en déduit ce que cette femme désire … « La femme est un être complexe ». La femme, est désigné par plusieurs adjectifs qualificatifs « pâle », « froide », « blanche ». Les superlatifs « si » accentue la froideur et blancheur de cette amante. Son nom nous est donné «...
tracking img