Sophocle

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 65 (16122 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 3 janvier 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
SOPHOCLE
OEDIPE ROI
Devant le palais d'Oedipe. Un groupe d'enfants est accroupi sur les
degrés du seuil. chacun d'eux a en main un rameau d'olivier. Debout, au
milieu d'eux, est le prêtre de Zeus.
OEDIPE. - Enfants, jeune lignée de notre vieux Cadmos, que faites-vous
là ainsi à genoux, pieusement parés de rameaux suppliants ? La ville est
pleine tout ensemble et de vapeurs d'encens et depéans mêlés de
plaintes. Je n'ai pas cru dès lors pouvoir laisser à d'autres le soin
d'entendre votre appel, je suis venu à vous moi-même, mes enfants, moi,
Oedipe - Oedipe au nom que nul n'ignore. Allons ! vieillard, explique-toi :
tu es tout désigné pour parler en leur nom.
A quoi répond votre attitude? A quelque crainte ou à quelque désir? va,
sache le, je suis prêt, si je puis, à vousdonner une aide entière. Il
faudrait bien que je fusse insensible pour n'être pas pris de pitié à vous
voir ainsi à genoux.
LE PRETRE. - Eh bien ! je parlerai. ô souverain de mon pays, Oedipe, tu
vois l'âge de tous ces suppliants à genoux devant tes autels. Les uns
n'ont pas encore la force de voler bien loin, les autres sont accablés par
la vieillesse ; je suis, moi, prêtre de Zeus ; ilsforment, eux, un choix de
jeunes gens. Tout le reste du peuple, pieusement paré, est à genoux, ou
sur nos places, ou devant les deux temples consacrés à Pallas, ou encore
près de la cendre prophétique d'lsménos.
Tu le vois comme nous, Thèbes, prise dans la houle, n'est plus en état de
tenir la tête au-dessus du flot meurtrier. La mort la frappe dans les
germes où se forment les fruits de son sol,la mort la frappe dans ses
troupeaux de boeufs, dans ses femmes, qui n'enfantent plus la vie. Une
déesse porte torche, déesse affreuse entre toutes, la Peste, s'est abattue
sur nous, fouaillant notre ville et vidant peu à peu la maison de Cadmos,
cependant que le noir Enfer va s'enrichissant de nos plaintes, de nos
sanglots. certes ni moi ni ces enfants, à genoux devant ton foyer, nous
net'égalons aux dieux; non, mais nous t'estimons le premier de tous les
mortels dans les incidents de notre existence et les conjonctures créées
par les dieux. Il t'a suffi d'entrer jadis dans cette ville de Cadmos pour
la libérer du tribut qu'elle payait alors à l'horrible chanteuse.
Tu n'avais rien appris pourtant de la bouche d'aucun de nous, tu n'avais
reçu aucune leçon : c'est par l'aide d'undieu - chacun le dit, chacun le
pense - que tu as su relever notre fortune. Eh bien ! cette fois encore,
puissant Oedipe aimé de tous ici, à tes pieds, nous t'implorons. Découvre
pour nous un secours. Que la voix d'un dieu te l'enseigne ou qu'un mortel
t'en instruise, n'importe !
Les hommes éprouvés se trouvent être aussi ceux dont je vois les
conseils le plus souvent couronnés de succès.Oui, redresse notre ville, à
toi, le meilleur des humains! Oui, prends garde pour toi-même ! ce pays
aujourd'hui t'appelle son sauveur, pour l'ardeur à le servir que tu lui
montras naguère : ne va pas maintenant lui laisser de ton règne ce triste
souvenir qu'après notre relèvement il aura ensuite marqué notre chute.
Redresse cette ville, définitivement. c'est sous d'heureux auspices que
tunous apportas autrefois le salut: ce que tu fus, sois-le encore.
Aussi bien, si tu dois régner sur cette terre, comme tu y règnes
aujourd'hui, ne vaut-il pas mieux pour cela qu'elle soit peuplée que
déserte? Un rempart, un vaisseau ne sont rien, s'il n'y a plus d'hommes
pour les occuper.
OEDIPE. - Mes pauvres enfants, vous Venez à moi chargés de voeux que je
n'ignore pas- que,je connais trop.Vous souffrez tous, je le sais ; mais
quelle que soit votre souffrance, il n'est pas un de vous qui souffre
autant que moi. Votre douleur, à vous, n'a qu'un objet: pour chacun luimême
et nul autre.
Mon coeur à moi gémit sur Thèbes et sur toi et sur moi tout ensemble.
Vous ne réveillez pas ici un homme pris par le sommeil. Au contraire,
j'avais, sachez-le, répandu déjà bien des larmes et...
tracking img