Souvenir de la nuit du 4

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 4 (772 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 28 décembre 2009
Lire le document complet
Aperçu du document
Introduction :
Victor Hugo est né en 1802 et mort en 1885. Il vit son enfance dans une famille bourgeoise mais déchiré entre ses deux parents. C’est un très grand écrivain français. Il devient chefde file du romantisme et politicien. Il est très aimé par les Français. D’ailleurs, lorsqu’il meurt en 1885, un cortège de plusieurs centaines de milliers de personnes de personnes le suit de l’Etoilejusqu’au Panthéon. Le 2 décembre 1851, Louis-Napoléon Bonaparte s’empare du pouvoir par un coup d’Etat. Le 4 Décembre, il ouvre le feu sur la foule. Hugo apprend qu'un enfant de sept ans nomméBoursier est tué et aida à sa toilette funèbre. En hommage à ce véritable massacre, le 2 Décembre 1852, Victor Hugo écrit un poème intitulé « Souvenir de la nuit du 4 » issu d’un recueil appelé LesChâtiments qui raconte la mort cet enfant. Ce poème est long : il comporte 60 vers en alexandrins et en rimes suivies.
Je vais procéder à la lecture de l’extrait.
Je vais donc commenter ce poème suivant deuxaxes. Tout d’abord, puis comment VH dénonce NB.

I/ Le cadre

1) La grand-mère PAS DE PRENOM
 Elle ne comprend pas pourquoi son enfant est mort et demande des explications:
« Expliquez-moicela » v 43 , « pourquoi l’a-t-on tué » v 45 , « je veux qu’on me l’explique » v 45

 Elle aurait préféré mourir à sa place : « moi, je suis vieille, il est tout simple que je parte » v 37- Elle souligne aussi l’injustice de tuer des enfants plutôt que des personnages déjà âgées

 Elle finira ses jours seules et elle s’interroge sur son avenir: « que vais-je devenir à présenttoute seule » v 42
- On a tué l’enfant et détruit la grand-mère

2) L’enfant PAS DE PRENOM
 Il avait seulement 7 ans

 C’était un enfant serviable : « quand il fallait que je fisse une lettre,c’est lui qui l’écrivait » v 30 elle ne savait sûrement ni lire ni écrire

 Il allait encore à l’école et satisfaisait ses maîtres : « ses maîtres, il allait en classe, étaient contents » v 28...
tracking img