Spartacus

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 10 (2407 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 1 février 2014
Lire le document complet
Aperçu du document
SPARTACUS

En 73 av JC, un petit groupe d’un peu plus de 70 gladiateurs d’une école de Capoue qui ne supportaient plus d’être maltraité par leur propriétaire a réussi à s’évader, mais au lieu de se disperser pour que chacun tente sa chance séparément, ils restent groupés puis s’emparent d’un chariot d’armes destinées à une autre école de gladiateurs.

A partir de ce moment, ils commencent àpiller la région. Dans le même temps, ils voient leur effectif augmenter rapidement avec l’apport des esclaves, mais aussi des hommes libres, employés comme ouvriers dans les grandes exploitations agricoles, les latifundia, qu’ils saccagent.


Ils reçoivent encore de l’aide de la part des petits paysans, pourtant citoyens romains, qui n’arrivent plus à vivre de leur production à cause de laconcurrence déloyale des riches propriétaires qui bénéficient d’une main d’œuvre gratuite et peuvent ainsi casser les prix.


Rome ne s’inquiète tout d’abord pas trop de la situation bien que la Campanie soit le lieu de villégiature de nombreux notables qui s’en alarment. Le Sénat envisage qu’il a affaire à une troupe de brigands contre lesquels une simple opération de police musclée suffiraplutôt qu’à une rébellion organisée qui nécessiterait l’intervention de l’armée.

Aussi charge t-il le préteur Gaius Claudius Glaber de former une milice, recrutée en urgence parmi les simples citoyens, pour mettre un terme au désordre.
Avec ses 3 000 hommes, il parvient à repousser les fauteurs de trouble qui doivent se retrancher sur les hauteurs du Vésuve. Une fois maître du seul accèspraticable qui mène à la montagne, Glaber pense qu’il suffit d’attendre et que la faim finira sous peu par obliger les insurgés à se rendre.


C’était sans compter sur l’ingéniosité de l’un des chefs rebelles récemment élu: Spartacus. Il met au point un plan audacieux qui consiste à descendre par le versant le plus abrupt du volcan à l’aide de cordes et d’échelles fabriquées avec des sarments devigne, puis à prendre à revers les assiégeants qui n’ont pas pris soin de construire un camp retranché solidement défendu par un fossé et une palissade en bonne et due forme comme à l’accoutumée dans l’armée romaine.


Le stratagème réussit à merveille, Glaber est battu à plate couture. Un autre préteur, Publius Valerius, est envoyé pour prendre la relève mais il est à son tour défait, ce quipermet aux rebelles de récupérer de plus en plus d’équipements militaires. Ces victoires éclatantes incitent une foule de gens à rejoindre les rangs de Spartacus. Ses troupes rassembleront jusqu’à 120 000 membres, femmes et enfants inclus. Se pose alors la question de la suite à donner au mouvement.

Spartacus passe l’hiver de 73 av JC dans le sud de l’Italie. Il profite de la trêve hivernale pourfaire forger de grandes quantités d’armes, mais aussi pour entrer en contact avec les pirates ciliciens, seuls en mesure de lui fournir la nourriture nécessaire pour entretenir ses nombreux partisans, et par leur intermédiaire avec Sertorius qui résiste toujours encore en Hispanie; ce qui pourrait bien expliquer la suite des évènements. Œnomaüs, l’un des 2 autres chefs élus, périt au cours decette période.
Au printemps, l’armée des esclaves se sépare en deux groupes. Le premier, dirigé par Spartacus, prend la direction du nord, tandis que le second composé de 30 000 hommes avec Crixus à sa tête reste dans le sud.

Les consuls romains, Cnaeus Cornelius Lentulus Clodianus et Lucius Gellius Publicola, ont de leur côté chacun levé une armée. Gellius écrase Crixus qui est tué dans lesPouilles avec les deux tiers de son armée, mais Spartacus bat Lentulus qui tentait de lui barrer la route de Modène puis il fait volte face pour affronter Gellius qui s’était lancé à sa poursuite et le défait à son tour avant de reprendre sa progression vers le nord.

Pour avancer le plus vite possible, il applique la recette qui avait permis à Alexandre le Grand d’aller au bout du monde, il...
tracking img