Spartacus

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 5 (1212 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 16 novembre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Né peut-être vers -100, Spartacus est un Thrace de naissance libre, originaire de la tribu des Maides, installée dans le sud-ouest du pays, près du fleuve Strymon, selon Plutarque. S'il n'a pas été rebaptisé par un maître, Spartacus peut correspondre à un patronyme thrace — « Spartokos » ou « Spardokos » — et au nom d'une ville de Thrace, Spartakos. La plupart des sources antiques en font unberger, mais certaines affirment qu'il appartient à une famille princière[1]. Appien indique sans grande précision que Spartacus a servi dans une légion, qu'il a été fait prisonnier de guerre et vendu. On peut supposer qu'il ait été enrôlé de force comme auxiliaire, et qu'il soit un déserteur repris et vendu comme gladiateur. Conduit à Rome pour y être vendu, il est acheté par un laniste (marchand degladiateurs), Caius Cornelius Lentulus Vatia, qui l'emmène dans son école à Capoue[1]. D'après Plutarque, sa femme, qui est « originaire de la même tribu que lui » et « devineresse sujette aux transports dionysiaques », l'accompagne à Rome quand il est vendu, puis durant la révolte[2]. Prêtresse de Dionysos, elle peut avoir joué un rôle important dans le déclenchement de la révolte[1].

À l'été-73, 200 gladiateurs de l'école de Lentulus Battiatus complotent pour retrouver la liberté, mais sont dénoncés. Prenant les devants, entre 70[3] et 78 gladiateurs[4] réussissent à s'évader. Après s'être emparés de chariots transportant un stock d'armes destinées à une autre école de Capoue, ils ne se dispersent pas, mais traversent la Campanie en direction de la baie de Naples, où ils sontrejoints par de nombreux travailleurs agricoles — esclaves fugitifs et hommes libres — des latifundia et se réfugient sur les pentes du Vésuve. Trois hommes sont élus chefs, Spartacus, Crixus et Oenomaüs[5]. Spartacus, un parmularius (ou thrace) ou un mirmillon selon Florus[6], et ses compagnons parviennent à vaincre les quelques gardes régionales envoyées par la ville de Capoue et complète ainsi uneréserve d'armes. Pour subvenir à ses besoins, la petite armée commence à organiser des razzias sur les exploitations agricoles de la Campanie. Spartacus ne cesse alors d'attirer non seulement des esclaves, mais aussi des petits paysans et des bergers, formant ainsi une armée.

L'armée servile bat alors 3 000 Romains commandés par le prêteur Gaius Claudius Glaber‎ grâce à une ruse de Spartacus. Eneffet, ce dernier fuit le volcan où il était assiégé par un versant raide et avec l'aide d'échelles faites à partir de sarments de vignes. Dès lors, Spartacus rassemble de plus en plus de combattants. Rome ne le reconnaît pas en tant que menace et le sous-estime grandement. Les autorités romaines n'envoient d'abord que deux nouvelles légions dirigés par deux autres prêteurs pour stopper sarébellion. Les autres légions sont accaparées par la révolte de Sertorius en Hispanie et le conflit contre Mithridate VI en Orient.

À ce moment, l'armée des esclaves se sépare. 30 000 hommes suivent le gladiateur Crixus en Apulie et le gros des troupes monte vers le nord par les Apennins. Tandis que Crixus est tué et que ses troupes sont massacrées lors d'un premier engagement vers le Mont Gargano,Spartacus vainc dans le Picenum les légions engagées contre lui et dirigées par le consul Lucius Gellius Publicola, soit 16 000 Romains mis en déroute. Pour venger la mort de Crixus, Spartacus organise des jeux funèbres durant lesquels 300 soldats romains faits prisonniers sont contraints de s'entretuer dans un combat de gladiateurs.

Spartacus se dirige ensuite vers Modène dans la plaine du Pô,vainc l'armée du proconsul de Gaule cisalpine devant la ville et fait demi-tour vers le sud de l'Italie. Il vainc à nouveau les armées consulaires et s'installe à Thurii. De là, il commerce avec les peuples de la Méditerranée, fait des réserves d'armes, de bronze et de vivres. Il part ensuit pour le Rhegium. Son objectif est de passer en Sicile pour ranimer la Deuxième Guerre servile qui avait...
tracking img