Spinoza, la superstition

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 6 (1357 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 7 octobre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Devoir de Philosophie
Terminales TMA.

Texte:

Si les hommes avaient le pouvoir d'organiser les circonstances de leur vie au gré de leurs intentions, ou si le hasard leur était toujours favorable, ils ne seraient pas en proie à la superstition. Mais on les voit souvent acculés à une situation si difficile, qu'ils ne savent plus quelle résolution prendre; en outre, comme leur désir immodérédes faveurs capricieuses du sort les ballotte misérablement entre l'espoir et la crainte, ils sont en général très enclins à la crédulité. Lorsqu'ils se trouvent dans le doute, surtout concernant l'issue d'un événement qui leur tient à cœur, la moindre impulsion les entraîne tantôt d'un côté, tantôt de l'autre; en revanche, dès qu'ils se sentent sûrs d’eux-mêmes, ils sont vantards et gonflés devanité.

(... ) D'infimes motifs suffisent à réveiller en eux soit l'espoir, soit la crainte. Si, par exemple, pendant que la frayeur les domine, un incident quelconque leur rappelle un bon ou mauvais souvenir, ils y voient le signe d'une issue heureuse ou malheureuse; pour cette raison, et bien que l'expérience leur en ait donné cent fois le démenti, ils parlent d'un présage soit heureux, soitfuneste.

(... ) Ayant forgé d'innombrables fictions, ils interprètent la nature en termes extravagants, comme si elle délirait avec eux.
Spinoza, Traité des Autorités Théologiques et Politiques, Pléiade, p.606-607

Questions :

1. Dégagez la thèse de l'auteur et les articulations du texte.

2. Expliquez le lien entre les notions suivantes: superstition, crédulité, présage, fiction.3. Donnez un exemple concret pour illustrer l'idée du second paragraphe: cette attitude
est-elle raisonnable ?

4. D'après l'auteur, quelles sont les causes et les effets de la superstition ?

5. Selon vous, la sagesse est-elle compatible avec la superstition ?

Corrigé succinct.
Spinoza Traité des autorités théologiques et politiquesDans ce texte, Spinoza aborde le problème de la superstition comme illusion communément admise, en démontre le mécanisme et les effets pervers dans la conduite de l’existence humaine.

1. Thèse de l'auteur.

Spinoza entreprend de faire la critique de la superstition. Notamment, il se propose de montrer comment les hommes, conscients de et angoissés par leur impuissance face au déroulementdes événements de l'existence, se réfugient dans la croyance en Inexistence de puissances occultes, d'êtres ou puissances surnaturels, bénéfiques ou maléfiques (sous les noms fort variés de chance, hasard, malchance, destin, fatalité ... ).

Ce faisant, ils s'imaginent que ces puissances occultes sont à l'œuvre dans la nature, qu'elles se manifestent à travers des signes et des objets(présages : cartes, boules de verre ... ) et qu'il est possible de les invoquer ou de les conjurer.

Spinoza montre que cette croyance est fausse. En effet, elle pose que l'ordre de la nature (la réalité) pourrait obéir à des causes surnaturelles (volontés de puissances occultes et mystérieuses), et par conséquent vouloir se conformer ou s'opposer aux désirs humains. Or, croire ou vouloir que lanature soit conforme à nos rêves, souhaits, attentes, prendre ses désirs pour la réalité , n'est-ce pas le propre de l'illusion ? N'est-ce pas prêter à la nature une capacité à délirer (folie et déraison de l'imagination) égale à celle des hommes.

Il. Articulations, plan du texte.

A. Causes de la superstition.
Pourquoi les hommes sont-ils enclins à la superstition ?

1. L'idéal ("Si leshommes..") serait que les hommes puissent gouverner le cours de leur existence, maitriser 1'ensemble des événements qui surviennent dans la réalité.

2. Mais la réalité est toute autre. L'ordre des choses semble leur échapper très souvent
("on les voit souvent acculés à une situation si difficile..").

a) Causes objectives ( telles que les choses se passent dans la réalité).
- Certains...
tracking img