Spinoza

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 3 (611 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 29 mai 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
1. D’après Spinoza, le premier préjugé serait : La croyance que la nature, l’homme et même Dieu agissent en vue d’une fin. Cette limite de la pensé humaine lui fait supposer que « Dieu a fait toutechose en vue de l’homme, mais il a fait l’homme pour recevoir un culte ».

2. Pour expliquer l’origine de ce préjugé, Spinoza examine la nature de l’esprit humain et en conclut que les hommesignorent les origines de leurs actes. Ils se contentent de chercher une utilité dans chacune de leurs actions.

3. Le fait qu’ils soient conscients de leurs désirs donne l’impression aux hommes qu’ilssont libres. En réalité ils sont limités dans leur liberté par la méconnaissance de la provenance de ces volontés. Le concept de finalité pousse les hommes à tout expliquer par ce modèle et de croirequ’ils sont libres.

4. Les hommes trouvent « en eux même et hors d’eux même » des moyens pour se procurer les chose dont ils ont besoin ou qui leur sont utiles pour survivre. En sachant que cesmoyens ne sont pas leur création, ils ont jugé que quelqu’un d’autre a créé tous ces moyens pour eux. Ce maître (ou ces maîtres) aurait pris soin des hommes pour qu’ensuite, les hommes à leur tour luirendent un culte.

5. Ne pouvant pas s’expliquer certains phénomènes (maladies, tremblements de terres), les hommes ont décidé que ce sont des « irritations » des Dieux face aux offenses qu’ils luiont provoqué. Le fait de leur cacher certaines vérités (explications) prouve pour eux que l’intelligence humaine est inférieure aux jugements de Dieu. Donc, toute volonté de Dieu est suprême. L’exemplede la pierre qui tombe sur un homme et le tue : pourquoi l’homme passait par la? Pourquoi la pierre est tombée ? Il n’y a pas d’explication, alors l’homme se réfugie dans la volonté divine, la seulecause est la volonté divine. Par contre, le fait de ne pas savoir ne veut pas dire que c’est Dieu qui en est la cause. C’est absurde de dire que c’est Dieu.

6. Spinoza pense que le finalisme...
tracking img