Spleen 4 baudelaire

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 4 (917 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 3 juillet 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
« Spleen 4 » – Les Fleurs du Mal

Intro :

- Les Fleurs du Mal, est le recueil de poèmes le plus connu de Baudelaire. Celui-ci a été écrit dans l’idée d’embellir la douleur de l’âme humaine.Pour répondre à cet objectif il a été découpé en 6 parties dont l’une d’elle se nomme « Spleen et Idéal » où se trouve notre poème.
- Le spleen prend une très grande place chez Baudelaire (85poèmes). Cet auteur préfère, en effet, écrire dans l’excessivité afin d’éviter l’ennui et le mal de vivre, sentiments qu’il craint. Mais dans « Spleen 4 » Baudelaire est désarmé et capitule face à cetteruée de sentiments négatifs.
- Lecture du texte
- Problématique (Comment se manifeste la douleur du poète ?)
- Plan

I- L’élévation de la crise

- Coordination « Et que » et« Et qu’ » + anaphore « Quand » (x3) = mouvements lents et ralentissement, un allongement du temps.
- Enjambements « ses immenses traînées / D’une vaste prison » = aucuns moyens d'éviter lacrise, le spleen. Elle est inévitable.
- Etouffement physique et moral avec:
Climat pesant « le ciel bas et lourd pèse » + « pèse » = mètre impair (7ème) comparé à « un couvercle » = endroitfermé.
Climat douloureux « l’esprit gémissant » appuyé par les assonances « i » se trouvant à la rime « en proie aux longs ennuis » + allitération en « s » « Et que l’horizon embrassant tout lecercle ».
Climat sombre oxymore « jour noir » où le noir prend la place de l’Idéal, du soleil. Assombrissement de l'environnement.
Climat inquiétant où le poète est hanté par desprésences menaçantes « Et qu’un peuple muet d’infâmes araignées » qui prennent possession de son esprit « vient tendre ses filets au fond de nos cerveaux ».
- Rétrécissement de l’espace du poète:Environnement est réduit à des images: « ciel » comparé à un « couvercle », « la terre » montrée par un « cachot humide », « la pluie » dessinant les « barreaux » d’une « prison » = oppression,...
tracking img