Spleen

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 5 (1132 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 17 mai 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Introduction
La Renaissance fut la bougie d’allumage pour le regain d’intérêt et d’engouement en France et dans tout l’Europe pour la culture antique, favorisant ainsi les artistes et écrivains, qui étaient supportés par les rois qui stimulèrent l’étude de ces reliques textuelles. Au lieu de rejoindre à la Pléiade, un des grands accomplissements du 16e siècle, Philippe Desportes qui étaitpréféré par sa manière plus simple, plus conventionnelle et moins inspirée que les membres de ce groupe, tout en puisant une inspiration de poètes anciens, fut nommé poète officiel et mondain au près d’Henri III. Ne faisant pas exception à la règle, ce poème, «Icare est chut ici» de Desportes permet de percevoir l’admiration de l’auteur envers l’antiquité et la mythologie grecque. Nous analyserons pourcommencer le contenu thématique du poème, suivi de diverses des principales figures de style présentent dans ce sonnet, et on finira avec son aspect formel.

Développement
Le concept ou le thème du poème se résume à un bout de phrase près : la mort d’Icare. Au premier vers, le poète commence avec Icare, personnage de la mythologie grecque qui fut connu grâce à sa mort, fils de Dédale, uninventeur, un grand architecte et constructeur du labyrinthe visant à enfermer le minotaure créé à la suite de l’accouplement de Pasiphaé et d’un taureau blanc. La chute d’Icare dans la première strophe est précipitée par le désir de fuir de leur exil en Crête (Dédale, le père, était originaire de Athènes). Une expatriation qui se réfère quelque peu à celle dont est victime Desportes, il ne s’entend pasavec le successeur d’Henri III, Henri IV, collaborant même à la défense de Rouen contre ce dernier, il choisit donc finalement de quitter sa province natale, mais à la différence Desportes ne connaît pas de fin tragique. Si la première strophe se voit être caractérisée par la Chute d’Icare dans la mer, or la deuxième décompose l’histoire puisque l’auteur passe de l’ingéniosité de Dédale à avoirconçut des ailes de cire à la soif de vengeance de Minos. Pour échapper à la Vengeance de ce dernier envers Dédale pour son aide apportée à la création du minotaure. Il décide alors de bricoler des ailes de cire pour son fils afin de retourner à Athènes, d’où la relation père-fils incontestable, il finira par s’approcher trop du soleil, mise en garde fortement suggéré par son père, et ces dernièresfonderont, provoquant sa chute menant à son décès. L’«esprit glorieux» prouve le savoir-faire indéniable de Dédale dans la première phrase de la strophe, les trois vers suivants montrent au lecteur que la mort d’Icare lui procure une certaine popularité et que cela apporte un bon malheur puisque Minos «le vaincu des ans victorieux» obtient sa revanche. Desportes suit par la suite avec le courage,l’audace de traverser la mer malgré son jeune âge, «un chemin si nouveau n’étonna sa jeunesse», il avait un «pouvoir», celui de voler mais il se fit «brûler des astres le plus beau». On termine avec sa mort, tombé dans la mer, Icarienne de nos jours, l’auteur tente de prouver qu’Icare aurait préféré mourir en naturellement au «Ciel» mais la grande étendue d’eau fut son tombeau. Finalement,Desportes se sert de la mythologie grecque pour montrer le sentiment de vouloir s’exiler et l’écrasement que cela apporte (mort d’Icare et isolement hors province pour l’auteur).
Dans ce poème, Desportes semble s’intéresser davantage aux figures d’opposition et aux figures de construction. Tout de suite à la première strophe on peut apercevoir une périphrase : «Ici tomba son corps dégarni de plumage»,qui signifie la mer Icarienne, qui porte son nom notamment à cause de sa chute à cet endroit. Par sa substitution elle permet de raconter l’incident produit au-dessus de cette partie de la mer Égée. On peut distinguer une autre périphrase en amorçant la deuxième strophe qui est plus basée sur les figures d’opposition : «d’un esprit glorieux». Cette périphrase remplace le nom de Dédale, père...
tracking img