Sponde, tout s'enfle contre moi

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 8 (1869 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 5 juin 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
« Tout s’enfle contre moi... »

L’Auteur : Jean de SPONDE (1557- 1595) est un homme politique et un célèbre poète baroque français. Sa vie entière est marquée par les Guerres de religion (2nde moitié du XVIème siècle) : « Je sens dedans mon âme une guerre civile ». D’abord protestant, il se convertit au catholicisme en 1593. Dès lors, il est considéré comme un traître par les calvinistes.L’œuvre : Les Sonnets sur la Mort sont publiés de manière posthume en 1597. On trouve dans son œuvre des thèmes de la littérature baroque tels la hantise de l'inconstance, la brièveté de l'existence et l'horreur de la mort. La mort, au sein de la vie, exprime l'aspiration vers l'au-delà et suscite le besoin d'appeler Dieu. Selon Sponde, la vie est vécue comme un passage vers la mort. Cette œuvre estcomposée de poésies abstraites qui dévoile une méditation sur l'homme déchiré entre son corps et son âme. Il y réside notamment une forte tonalité religieuse. Ainsi, son écriture cherche à peindre l'épaisseur du monde, les complications du destin de l'homme, son obscurité. Cette sensibilité baroque est exprimée par la recherche du déséquilibre et de la richesse excessive des formes. Le monde quise reflète dans cette poésie est ainsi un monde qui a cessé d'être clair et univoque (qui n’a qu’un seul sens) et le style de Sponde rend cette complexité palpable.

Le Vocabulaire :
v.1 : « m’assaut » = m’assaille
v.2 : « Ange révolté » = référence au diable.
v.3 : « Charme inventé » = l’artifice enchanteur
v.4 : « m’abisme » = s’engouffrer ; tomber dans le gouffre de la mer.
v.5 : «nef » = navire
v.5 : « oreille dormante » semble désigner l’oreille qui n’entend pas la voix trompeuse du diable.
v.7 : « ton Temple » désigne le lieu de culte des protestants. Jean de Sponde semble ici prendre partie pour l’Eglise réformée.

La Lecture analytique :
** L’introduction :
Jean de Sponde est, avec Agrippa d’Aubigné, le plus célèbre des poètes protestants (même si, comme HenriIV, il s’est converti par la suite, en 1593, au catholicisme). « Tout s’enfle contre moi... », écrit en 1588 et extrait des Sonnets sur la mort (1595, posthume), est le reflet d’une époque marquée par les Guerres de religions. Dans ce sonnet, Jean de Sponde médite sur la mort ; il se réfère ainsi au dogme calviniste selon lequel la vraie vie est en Dieu car la chair est corrompue et l’homme déchu.La mort condamne l’homme au non sens car le vrai sens est en Dieu ; seule la foi semble donner un sens à l’absence de sens… (cf. Pascal). Par ailleurs, l’éthique (morale) de la vanité (caractère de ce qui n’a pas de sens, futilité) constitue une représentation tragique de la condition humaine : il existe une constante mutation des choses et le destin de l’homme se dérobe sans cesse. Tout celapour conclure que la vraie stabilité réside en Dieu. En quoi ce poème est-il un exemple typique de la poésie baroque ? Pour cela nous étudierons d’abord l’expression de ses sentiments, puis nous verrons comment la composition du poème nous montre en quoi la structure du sonnet est baroque, enfin.
** Le plan :
1) L’expression des tourments intimes
- L’abondance des marques de la 1ère personne(v.1 et v.4) témoigne d’une expression de soi (lyrisme) et de l’intimité d’une confession.
- Le sujet n’est pourtant pas actif car il apparait en position de complément essentiellement : le moi n’est donc pas sujet, mais objet : il est victime des tentations qui l’assaillent (v.1 : « tout m’assaut, tout me tente »).
- La seule fois où il apparait en position de sujet, c’est pour confesser qu’ilest le théâtre d’un combat intérieur entre le bien et le mal (v.10 : « je sens combattre »).
- Le moi est en butte à une conspiration universelle. Cette idée est renforcée par le lexique de la tentation qui submerge le poète (v.1 : « assaut », « tente » et « enfle »), par l’anaphore de l’adjectif indéfini « tout » qui offre une image de la tentation qui est universelle et omniprésente et par...
tracking img