Sport et argent

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 2 (328 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 6 octobre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Evo Morales, le président de la Bolivie, est un homme au sang chaud. Malgré la retenue que doit lui conférer sa fonction, Morales a parfois du mal à garder ses nerfs. Illustrationsur un terrain de football où il s'est fait justice en portant un coup vraiment très bas à un adversaire...
En politique comme en sport, il faut savoir maîtriser ses nerfs malgréles coups bas. Zinedine Zidane en sait quelque chose, exclu en finale de Coupe du monde après avoir violemment réagi à une insulte de l'Italien Marco Materazzi. Plus de quatre ansaprès les faits, Zizou continue à faire des émules. Mais cette fois, c'est au plus haut sommet de l'état bolivien que cela s'est passé. Numéro 10 sur le dos, Evo Morales, leprésident de la Bolivie et grand amateur de football, a disputé lundi un match de football avec son équipe présidentielle contre la mairie de la Paz, d'un bord politique différent. Victimed'une semelle non sanctionnée par l'arbitre, Morales a donc décidé de sévir lui même en adressant un violent coup de genou dans l'entrejambe de son opposant politique... Un incidentqui a provoqué une échauffourée, conclue par l'expulsion du défenseur fautif et d'un garde du corps présidentiel. "J'ai passé le ballon et j'ai reçu d'un coup une semelle, et cen'est pas la première fois que cela se produit", a déclaré Morales à l'issue d'un match houleux (4 expulsions). Mais à l'inverse de Zidane, Morales n'a pas pris de carton rouge.Peut-être une nouvelle sorte d'immunité présidentielle.  En tout cas, en France, on préfère encore voir à l'oeuvre Valéry Giscard d'Estaing, transformant un penalty. En 1973, celui quin'était pas encore président de la République mais seulement ministre des Finances avait montré l'étendue de son talent balle au pied dans un contexte beaucoup moins hostile...
tracking img