Sport

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 4 (893 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 8 février 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
De loin minoritaires mais plus populaires, ces sports sont représentés partout dans le monde sous diverses formes. Cependant le principe général du jeu ne varie pas d'un sport à l'autre : il faut sepasser un objet, généralement une balle, qu'il faut mener à un but précis. Nous connaissons tous ces jeux : football, basket-ball, base-ball, water-polo, rugby, etc. Ensembles, nous allons voir qu'ily a un dénominateur commun à toutes ces disciplines : elles suscitent l'engouement et la passion des masses. Ce dénominateur est en relation directe avec notre sujet car si cela amène sa part depoints positifs à notre société, une bonne dose de négatif est également engendrée par ce que nous appellerons "l'effet de masse".
Comme le disait René Girard dans son ouvrage "Je vois Satan tomber commel'éclair", l'être humain, lorsqu'il est entouré de ses semblable, doit dépenser une certaine quantité d'énergie pour garder son équilibre. Cela introduit le concept du "bouc émissaire". Nous pouvonsfaire l'analogie avec notre cas du sport.
Un stade de football... Cinquante mille personne rassemblée autour d'un même centre d'attention : vingt deux types courant après un ballon et la victoire.Chaque camp exhorte ses joueurs à remporter le combat contre l'autre nation. Car dans ce sport, ce ne sont pas les équipes qui s'affrontent, mais les nations. Il n'y a pas plus patriote qu'un supporterdans un stade. Et il peut assister EN DIRECT à une guerre mondiale miniature. Tout y est : les combattants sur la pelouse, les états-majors en arrière, il faut prendre possession du camp de l'autresans se faire substituer le siens, on hurle, on tombe, c'est violent et le peuple soutient activement son camp. C'est ici qu'intervient un autre élément important : la violence. Tant sur la pelouse quedans les gradins, la violence fait rage. Depuis les arènes romaines, on a fait des progrès me direz vous, mais à l'époque au moins, on mourrait dans la fosse, pas dans les gradins, tout le monde se...