Sports

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 3 (700 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 30 avril 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
La lecture de ces dialogues enseigne que les cadres techniques de la fédération ont réellement débattu des deux problèmes exposés hier lors des différentes conférences de presse organisées à Paris età Bordeaux : la double nationalité, qui entraîne de facto la mise à disposition de joueurs formés par la FFF à d'autres sélections, et un projet de jeu répondant à d'autres stéréotypes que ceux de lapuissance. Mais, consciemment ou non, le dialogue a pu déraper et aboutir à des positions moralement condamnables. Le passage-clef de ce dialogue met en scène Erick Mombaerts, le sélectionneur del'équipe de France Espoirs, et Laurent Blanc. Un concentré de la subtilité du problème : des entraîneurs qui envisagent en s'en rendant à peine compte d'authentiques mesures discriminatoires, et qui,sentant peut-être le débat dévier, se gardent de toute position à connotation raciste.

MOMBAERTS : "Est-ce qu'on s'attelle au problème et on limite l'entrée du nombre de gamins qui peuvent changer denationalité? Oui? Non? Donc, auquel cas, on est obligé de le faire sous le coude. C'est-à-dire on est obligé de le faire... Mais est-ce qu'il faut le faire? Je pense que tout le monde doit êtreconcerné, là.

BLANC : J'y suis tout à fait favorable. Sincèrement, ça me dérange beaucoup. Ce qui se passe dans le football actuellement, ça me dérange beaucoup. A mon avis, il faut essayer de l'éradiquer.Et ça n'a aucune connotation raciste ou quoi que ce soit. Quand les gens portent les maillots de l'équipe nationale des 16 ans, 17 ans, 18 ans, 19 ans, 20 ans, Espoirs, et qu'après ils vont allerjouer dans des équipes nord-africaines ou africaines, ça me dérange énormément. Ça, il faut quand même le limiter. Je dis pas qu'on va l'éradiquer mais le limiter dans ces pôles-là...

MOMBAERTS : Doncil faut 30% ? Un tiers de gamins qui peuvent changer (de nationalité, NDLR)?

BLAQUART : Même pas.

MOMBAERTS : Même pas ?

BLAQUART : Même pas. (...) Faut faire un projet. (...) L'idéal...
tracking img