Stefan zweig bio

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 7 (1570 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 14 octobre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Stefan ZWEIG 1881-1942
 
                    " Avant de quitter la vie de ma propre volonté et avec lucidité, j'éprouve le besoin de remplir un dernier devoir : adresser de profonds remerciements au Brésil, ce merveilleux pays qui m'a procuré, ainsi qu'à mon travail, un repos si amical et si hospitalier. De jour en jour, j'ai appris à l'aimer davantage et nulle part ailleurs je n'aurais préféréédifier une nouvelle existence, maintenant que le monde de mon langage a disparu pour moi et que ma patrie spirituelle, l'Europe, s'est détruite elle-même.
Mais, à soixante ans passés il faudrait avoir des forces particulières pour recommencer sa vie de fond en comble. Et les miennes sont épuisées par les longues années d'errance. Aussi, je pense qu'il vaut mieux mettre fin à temps, et la têtehaute, à une existence où le travail intellectuel a toujours été la joie le plus pure et la liberté individuelle le bien suprême de ce monde.
Je salue tous mes amis. Puissent-ils voir encore l'aurore après la longue nuit ! Moi je suis trop impatient, je pars avant eux."                                                                                                                                                        Stefan Zweig, Pétropolis, 22-2-42
    Tel est le message d'adieu que Zweig écrivit la veille de sa mort : fatigué d'attendre la paix, profondément déçu de constater que la rage de la guerre domine l'Europe, incapable de surmonter ses angoisses, il préféra se donner la mort plutôt que d'être le témoin impuissant de la ruine de son pays.
    Le résumé suivant de la vie de Stefan Zweig résulte de la lecture de la biographie de la comédie française et de celle d'Alexandre Almosni.
    Bien quecosmopolite et grand voyageur de par le monde, la vie de Stefan Sweig se partage entre trois pays privilégiés :
   I L'AUTRICHE
   [pic]1881 : naissance à Vienne en Autriche de Stefan Zweig, fils de riches bourgeois israélites.
    Très vite se manifestent deux  attirances qui ne le quitteront jamais : le monde de la littérature et le monde des hommes. Ces deux passions sont complémentaires : curieuxde toutes les nouvelles productions littéraires ( surtout théâtrales), il part à leur rencontre en Europe, en Amérique, en Afrique, aux Indes, au Mexique..
    [pic]1904 : c'est la fin de ses études : il est désormais docteur és philosophie
    D'abord attiré par la poésie, il écrit Cordes d'argent en 1900 et Les Guirlandes précoces en 1907 ; la même année, il est lauréat du prix de poésieBauernfeld.
    Il traduit Verlaine, Rimbaud, Baudelaire , devient le biographe de son ami Verhaeren et sa rencontre avec Jules Romain sera à l'origine d'une collaboration théâtrale.
   [pic]1907 : publication de son premier drame : Thersite suivi d'un deuxième en 1910 Le comédien métamorphosé puis d'un troisième en 1911 La maison au bord de la mer. Sa pièce la plus connue Volpone (1927), traduite enFrançais par Jules Romain eut un succès retentissant.
    Voyageur infatigable qui vit tantôt en Italie, en France, en Espagne, aux Etats-Unis, au Canada, il aime les lettres étrangères et voua même un véritable culte à la littérature française .
    La première guerre mondiale le plonge dans un profond désarroi : il ne peut admettre qu'une culture puisse être supérieure à une autre. Pacifisteconvaincu, il écrit Jérémie en 1916, drame dans lequel il dit toute sa haine de la guerre et son refus du militarisme. Dans toutes ses nouvelles on retrouve le thème des valeurs morales factices d'une société en décadence
    [pic]1915 Il se marie avec sa compatriote : Friederik von Winternitz et s'installe à Salzbourg. Sa maison est un lieu de recontres privilégiées où, écrivains, musiciens...de tous les pays d'Europe échangeaient avec plaisir.
    [pic]1917 : il se rend à Zurich pour assister à la représentation de Jérémie ; c'est là qu'il rédige Le coeur de l'Europe, véritable profession de foi pacifiste
   [pic]De 1922 à 1939, Zweig écrit pas moins...
tracking img