Stendhal la chartreuse de parme

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 4 (771 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 4 avril 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Introduction : Un jeune noble milanais, Fabrice del Dongo, rêve de gloire et de liberté. Pendant les Cent Jours, il brûle de rejoindre l'armée de Napoléon. Sa tante Gina del Dongo, âme égalementgénéreuse, l'aide à réaliser son dessein. Voilà donc Fabrice à Waterloo sur les traces de Napoléon.
Enjeu : On s'aperçoit que Stendhal a donné une sorte d'unité à chacun des temps de cette chevauchée,temps d'arrêt et temps de gallot alternés.
 
I - " Ce bruit qui lui faisait mal aux oreilles "
Le passage commence sur une note d'humour avec le jeu sur les deux sens du mot " héros " ; Fabrice n'arien d'héroïque à ce moment. Il n'est pas en proie à la mort véritable : l'émotion qui le saisit est provoquée par des sensations trop vives, comme l'est le bruit qui l'assourdit.
L'expérience dela bataille est d'abord l'expérience du bruit, et Stendhal note encore avec humour, par le verbe " scandaliser ", la première réaction de Fabrice à ce bruit, une " réaction enfantine ".
II - " Leshabits rouges "
Chaque habit rouge à terre signifie un ennemi tué, Fabrice n'avait pas remarqué ce détail d'habillement. Mais quoi qu'il en pense, il n'est pas encore un " hussard " : s'il remarquemaintenant que les hommes qui gisent à terre sont vêtus de rouge, il " remarque " aussi qu'il y a des vivants parmi eux.
Ayant noté la peur de notre héros, il est bien juste que Stendhal noteaussi son humanité.
III - " Le maréchal "
Fabrice met toute son attention à ne piétiner aucun blessé : la reprise de l'adjectif " malheureuse " traduit sur ce point la continuité de sa pensée ; cesouci explique sa distraction et donc la maladresse qui va marquer le début de cette halte. Elle lui vaut une des nombreuses petites humiliations que comporte la situation dans laquelle il s'est mis.Fabrice dont la fierté est l'un de ses traits dominants, ne laisse pas l'être sensible à ces humiliations. Mais il a aussi trop de lucidité pour ne pas admettre ce rappel à l'ordre, si bien...
tracking img