Stendhal

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 6 (1328 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 28 mars 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
A quoi ça sert d’obéir à la loi morale ? L’homme éthique croit qu’il peut accéder à la liberté.
Qu’est ce que l’homme doit faire pour accéder à la liberté ?
Il faudrait que les lois qu’il se fixe et auxquelles il se tient soient les siennes.

Le devoir est l’obéissance à une loi que l’on s’est prescrit. Cette obéissance devrait permettre d’accéder à la liberté authentique = l’autonomie. Or laloi a laquelle il obéit n’est pas la sienne. => les lois deviennent objet d’idolâtrie.

* Passage de l’éthique à la religion :
* L’humour est une conscience douloureuse de la faute. La sphère religieuse est celle de l’intériorisation la plus totale de la subjectivité.
*
* Cette passion de l’infini est paradoxale, puisqu’elle suppose la soumission de l’homme à dieu parl’expérience du pêché. Quand on ne peut se délivrer que par la parole divine qui ne nous parle pas directement mais par l’intermédiaire du sujet lui-même. Cette expérience doit permettre l’accès à la liberté. Cette épreuve rend l’homme responsable.
*
* La crainte est nécessaire pour justement s’élever à une meilleure connaissance de sois.
*
* En fait la meilleure attitude consiste à être entension vers les 3 sphères sans demeurer dans aucune.
*
b. L’existence comme facticité
* La vie a un sens organique alors que l’existence a un sens psychique. C’est la conscience qui transforme la vie en existence.
* Exister c’est être fondamentalement ce que je suis pour moi. Or, il y a dans l’existence l’idée de coupure, dès que le sujet s’éveil à la conscience de lui même(commence à exister) il est alors conscient de la contingence et de la mort.
*
* Contingence : s’oppose à la nécessité. Ce qui peut être ou ne pas être. Nous sommes condamnés à vivre dans une absence de sens.
*
* L’être peut se dire de 2 manières : du points de vue de l’essence (l’être en lui-même) et du points de vue de l’existence (l’homme est un fait).
* Il est impossiblede tirer l’existence de l’essence
*
* La facticité de l’existence signifie à la fois qu’elle est un fait brut et d’autre part qu’elle est souvent inauthentique. Je joue un rôle que je ne joue pas.
*
c. L’infernalité existentielle
* L’existant est définit par les conditions d’apparition qu’il manifeste en tant que tel. De sortes, qu’il n’y ait plus d’opposition entrel’intériorité et l’extériorité. L’existant est définit dans sa manière d’apparaître à autrui et dans cette relation le regard a une place centrale.
* Le regard d’autrui a tendance le plus souvent à nous chosifier, spatialiser, temporaliser et à solidifier nos possibilités d’action.
* L’enfer représente la chute du sujet dans le monde des objets.
* Cette manière d’être vue par autrui peut nsperturber.
* La reconnaissance de la manière d’apparaître à autrui n’est pas une adhésion mais la prise de conscience.
* Si autrui est médiateur entre moi et moi-même, il est nécessaire de s’en distinguer sous peine d’être une chose soumise à sa volonté. (ex : le voyageur)
*
* La sphère existentielle peut être le lieu de l’individualisme si le sujet ne cherche pas à se soustraire àcette enfermement de sois-même.
* La relation éthique est une ouverture à l’altérité et nn pas sa fermeture
*
*

C) Trois métathéories : le Relativisme culturel
1. Définitions basiques de la culture

CULTURE :
- La mise en valeur de ce qui existe, la transformation de ce qui est donné à l’homme, cad la nature : point de départ, source de tout développement.
- Insistesur l’originalité de l’activité collective des autres.
- Tout ce qui est formé, construit, institué. Mais l’homme est donc en opposition avec la nature et inscrit son devenir dans une Histoire.
- L’homme est le seul être vivant capable de s’imposer des règles.
- LA SEULE REGLE CULTURELLE UNIVERSELLE : prohibition de L’INCESTE !!!!!
- 3 critères fondamentaux de la culture : le langage,...
tracking img