Stigmate

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 20 (4933 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 17 juillet 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
SOMMAIRE

INTRODUCTION 3

I/ BIOGRAPHIE

II/ RESUME DU LIVRE

1. Stigmate et Identité sociale
2. Contrôle de l’information et identité personnelle
3. Alignement sur le groupe et identité pour soi
4. Le moi et les Autres
5. Déviation et Déviance

III/ REFLEXION PERSONNELLE

CONCLUSION
Dans le cadre de notre cours de Sociologie, on nous a demandé d’élaborer une fichede lecture sur un livre de notre choix. J’ai opté pour le livre Stigmate de Erving Goffman car ce sujet m’a toujours intéressé. En effet dans la religion catholique le terme de stigmate désigne les cinq plaies que le Christ aurait subit. Aussi lire un ouvrage élargissant cette définition comme une différence de ce qui parait normal et qui implique un handicap envers la société m’a interpellé.
Jedébuterais cette fiche par une biographie succincte de l’auteur. Je poursuivrais par le résumé des cinq chapitres du livre. Enfin je finirais par exposer une réflexion personnelle que cette œuvre m’a apportée.

I/ L’auteur : Erving Goffman
Erving Goffman est un sociologue canadien né en 1922 et décédé en 1982. Il a établit une analyse ducomportement fondée sur la notion de rôle théâtrale.
En 1961, il écrit Asile un ouvrage qui l’a rendu célèbre

II/ Résumée des idées du livre : Stigmate
Goffman a partagé son livre en 5 parties, je suivrais le même plan que lui pour une meilleure compréhension.

1. Stigmate et Identité sociale

Selon les Grecs le terme Stigmate désigne « des marques corporelles destinées àexposer ce qu’avait d’inhabituel et de détestable le statut moral de la personne ainsi signalée »
(Chapitre 1 p11). De façon plus simple, ce terme désigne que l’identité sociale d’une personne est attribuée par autrui sur la base de son apparence, de son physique.
Goffman poursuit en avançant que lors de nos rencontres avec divers protagonistes, nous avons tendance à les classer dans différentescatégories. Cette classification se fait grâce à l’identité sociale (virtuelle et réelle) qui va structurer les interactions entre individus.
En effet, chaque individu est doté d’une identité sociale. Ainsi lorsqu’on rencontre autrui on sait inconsciemment à quelle identité sociale il appartient. Cela permet aux personnes de pouvoir maîtriser les liens avec autrui.
Goffman distingue néanmoinsl’identité sociale virtuelles qui désigne un attribut basé sur l’apparence physique.
( « le caractère attribué à l’individu, nous le lui imputons de façon potentiellement rétrospective, c’est-à-dire par une caractérisation en puissance, qui compose une identité sociale virtuelle. » (Chapitre 1 p12)
Et celle réelle qui correspond aux « vraies » propriétés de l’individu.
( « quand à la catégorie etaux attributs dont on pourrait prouver qu’il (l’individu) les possède en fait, ils forment son identité sociale réelle. » (Chapitre 1 p12)

L’auteur précise cependant que l’individu qui sort de cette relation à autrui diminue aux yeux de tous et n’est plus considéré comme une personne ordinaire. Une telle caractéristique constitue ainsi un stigmate.
Nous arrivons ainsi à une définition plusprécise, du terme celle qui « désigne un attribut discriminant ».
( « le mot stigmate servira donc à désigner un attribut qui jette un discrédit profond, mais il faut bien voir qu’en réalité c’est un termes de relations et non d’attributs qu’il convient de parler » (Chapitre 1 p 13)
On comprend donc qu’une personne a un stigmate parcequ’elle possède un attribut spécifique que nous lui attribuons.De ce fait le stigmate n’existe pas en tant que tel mais il né des relations entre individus avec le jugement que chaque Hommes portent à autrui. Lorsqu’une personne possède un stigmate (aux yeux d’autrui), l’auteur avance que celui-ci est soit discréditable soit discrédité.
L’individu dit discrédité pense que sa différence (stigmate= discrédit) est connu aux yeux de tous. Il est donc...
tracking img