Strategie dimplantation

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 30 (7321 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 22 mars 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
DOSSIER
PAR SÉBASTIEN LIARTE

Quelles stratégies d’implantation vis-à-vis de la concurrence ?

L’objectif de cet article est d’étudier la localisation des unités des réseaux de distribution. Le choix d’une zone d’implantation dépendant fortement de la localisation des concurrents, la localisation est ici appréhendée comme un mouvement concurrentiel. Pour chacune de leurs unités, les réseauxpeuvent choisir entre une stratégie de proximité ou d’évitement de la concurrence. Les unités sont donc en totale interaction. Afin d’étudier cette dynamique complexe, un modèle de simulation informatique est construit à travers un automate cellulaire. Ce modèle est, dans un second temps,

L

e choix d’une zone d’implantation dépend d’un grand nombre de facteurs qui ont été dans leur grandemajorité étudiés dans des travaux académiques : l’économie industrielle a très tôt tenté d’expliquer la localisation des firmes, le marketing a cherché l’emplacement idéal des commerces, la sociologie s’est penchée sur la constitution de réseaux, etc. Malgré une multitude de travaux, la prise en compte de la concurrence, en tant que facteur explicatif de la localisation, reste encore marginale. Lenombre d’options par rapport à la concurrence apparaît limité, puisque seulement deux stratégies de localisation sont envisageables : la proximité ou l’évitement. Ces deux stratégies permettent d’atteindre des objectifs différents pouvant être de nature pacifique ou agressive. Mais, si le nombre de stratégies est réduit, la situation n’en est pas simple pour autant. Les entreprises de distributionpossèdent rapidement un grand nombre d’unités dans leur réseau. La situation n’est donc plus binaire (proximité ou éloignement). Des

140

Revue française de gestion – N° 165/2006

isolée. Un réseau de distribution peut, par exemple, conduire une stratégie coopérative sur une zone géographique et une stratégie plus agressive dans une autre. Enfin, les différents réseaux de distribution setrouvent dans une situation d’interdépendance (Baumard, 2000) qui intensifie et accélère les relations concurrentielles (D’Aveni, 1994). Les implantations des uns vont avoir une influence sur celles des autres. S’il est courant, pour le chercheur et le praticien, d’étudier les processus spatiaux à travers une modélisation mathématique, elle peut s’avérer particulièrement fastidieuse voire impossibledans certains cas. En effet, les modélisations mathématiques se bornent le plus souvent à la résolution de dérivées partielles ou d’équations différentielles. De manière informatique, ces équations se traduisent la plupart du temps en algorithmes itératifs discrets. Mais pour que de telles formalisations soient possibles, il est nécessaire que les variables possèdent des propriétés mathématiquesparticulières (en termes de continuité, mesurabilité, stabilité, etc.). Mais est-il possible de mettre en équation l’attraction ou la répulsion qu’exercent les unités des réseaux de réseaux de distributions les unes sur les autres ? Prendre en considération un grand nombre d’éléments en situation d’interactions s’avère une tâche toujours extrêmement difficile à moins de caricaturer à l’extrêmecette situation. L’objectif de ce travail est donc double. Il s’agit dans un premier temps de construire un modèle de simulation simple permettant d’étudier, d’analyser et de reproduire la

concurrentielles comme facteurs de localisation. Il s’agit ensuite de faire fonctionner le système créé dans un contexte particulier et de voir s’il est capable d’appréhender un phénomène réel afin de mieuxl’analyser et de le comprendre. I. – LES STRATÉGIES DE LOCALISATION VIS-À-VIS DE LA CONCURRENCE : PROXIMITÉ OU ÉVITEMENT Les stratégies de localisation des réseaux de distribution vis-à-vis de la concurrence sont très peu nombreuses et très simples. Les enseignes peuvent choisir pour chacune de leurs unités entre un emplacement isolé ou proche de la concurrence (Cliquet, 1992). L’isolement traduit...
tracking img