Stress

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 15 (3515 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 24 avril 2012
Lire le document complet
Aperçu du document
LES ETATS DE STRESS POST-TRAUMATIQUE CHEZ L'ENFANT.

Gilbert VILA1

Introduction

L’état de stress post-traumatique (ESPT) est la principale conséquence psychopathologique résultant de l’exposition à un événement majeur, tels ceux menaçant la vie ou l’intégrité du sujet ou ceux où il est spectateur de la mort d’autrui. Les connaissances pour l'enfant ont beaucoup progressé ces dernièresannées, en particulier sur le plan clinique [1]. On sait maintenant que les états de stress post-traumatiques existent chez l'enfant, voire le très jeune enfant, et qu'ils ne reflètent pas la carence parentale mais bien, comme chez l’adulte, les conséquences de l’exposition à un événement catastrophique, indispensable à ce diagnostic. Ils sont la complication la plus fréquente en cas de maltraitancephysique ou sexuelle et prédisposent à la survenue d’autres troubles aggravant ainsi le pronostic. Ils sont nettement plus fréquents qu'on ne le croyait. Après un événement donné, on a pu montrer que deux tiers des enfants exposés pouvaient présenter ce type de troubles dans les mois suivants [2]. Une étude épidémiologique en population générale [3] a trouvé que deux cinquièmes des

Fédération dePédiatrie. CHU Necker-Enfants Malades, 149 rue de Sèvres, Paris 75015.
1

adolescents âgés de 18 ans ont subi un traumatisme tel qu'il est défini par le DSM-III-R [4] et que plus de 6 % ont un diagnostic sur toute la vie d'ESPT. Ils peuvent avoir un évolution prolongée sur des années, se compliquer, être responsables d’un handicap marqué et peser lourdement sur le développement à ces âges degrande vulnérabilité. L’étude longitudinale de Sack et al [5] sur des réfugiés du Cambodge montre la persistance de l'ESPT de l'enfance à l'adolescence et à l'âge adulte, jusqu'à 29 ans, pour des trauma répétés entre 8 et 12 ans sous le régime des Khmers rouges. L'Etat de stress post-traumatique (ESPT) des classifications internationales ne représente pas le seul type de trouble observable, chezl’enfant ou l’adolescent, comme conséquence d’un trauma mais il constitue la forme la plus caractéristique et la plus fréquente de l’atteinte psychotraumatique [4, 6, 7].

Aspects cliniques des états de stress post-traumatiques de l’enfant Le trauma

Il est maintenant bien établi chez l’enfant que l'Etat de stress posttraumatique survient en réponse à la confrontation à une situation ou à unévènement, exceptionnellement menaçant ou catastrophique, qui provoquerait des symptômes évidents de détresse chez la plupart des individus. Chez l’enfant comme chez l’adulte, on se réfère à des événements majeurs, représentant une

2

menace pour la vie ou l’intégrité physique (catastrophes naturelles, guerre, attentats, viol…), à l’origine d’un trauma, et non à des stress de la vie courante. Laréaction immédiate de l’enfant, fonction de la perception du degré élevé de risque, se traduit par une peur intense, un sentiment d’impuissance ou d’horreur, un comportement désorganisé ou agité [6]. La situation échappe à toute possibilité de contrôle, par l’enfant ou ses protecteurs naturels, les adultes.

Forme type de l’ESPT

Le modèle de référence pour la description de l’ESPT chez le grandenfant et l’adolescent reste celui des classifications internationales, CIM-10 ou DSM-IV [6, 7], même si certains auteurs soulignent leurs insuffisances pour les jeunes victimes. Quoi qu’il en soit, le point capital est d’avoir identifié, chez l’enfant, un noyau dur syndromique voisin des formes de l’adulte et, donc, signant des mécanismes comparables. Celui-ci est constitué de la notiond’exposition antérieure à un événement potentiellement traumatique (facteur traumatique) avec réaction de détresse immédiate, d’un syndrome de remémoration ou de reviviscence, d’un syndrome phobique (détresse à l’exposition, évitements et anticipation anxieuse), d’un émoussement de la réactivité générale et d’un état d’alerte avec hyperactivation neurovégétative.

3

Le trauma est constamment...
tracking img