Student

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 13 (3184 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 19 juin 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Paprika
T. P. 1- Animation dans le cinéma japonais

Université du Québec à Montréal
8 mars 2010
Le Japon , pays insulaire situé près de la Chine et de la Corée, a dû se défendre et attaquer ses rivaux venus du continent asiatique. Cependant, c'est à cause du Sakoku, signifiant littéralement "pays fermé", mesure adoptée au 17e siècle, que le Japon s'est retiré du monde, tout en gardant desliens étroits et fragiles avec les commerçants hollandais. Ce n'est qu'au 19e siècle que le Japon est sorti de sa retraite pour commercer avec les américains. Après la deuxième Guerre Mondiale, le Japon, meurtri et traumatisé, ne s'est jamais totalement remis de la terreur nucléaire ni de l'invasion forcée des américains. Aujourd'hui, le Japon est soumis à une vague importante d'influencesoccidentales en plus d'être une culture qui résiste à cette invasion pour garder son identité. Plusieurs films d'animation japonais soulèvent ce problème identitaire dont Paprika réalisé par Satoshi Kon en 2006. Nous étudierons la problématique de l'identité dans la société japonaise à travers le thème du festival, le matsuri, dans le film Paprika. Nous nous intéresserons principalement à la célébration duroyaume du jeu, le contrôle du chaos que permet le festival et les couples d'opposition que celui-ci engendre.

En premier lieu, Satoshi Kon, dans son film Paprika, utilise des images liées au royaume du jeu, du ludique, pour mettre en lumière la problématique identitaire du Japon. Dès le début, le réalisateur montre une arène de cirque au spectateur. Non seulement cet élément rappelle-t-il lejeu, l’onirisme et la célébration des illusions et de l’amusement, mais il est aussi un des nombreux éléments occidentaux qui se mélangent à la réalité nipponne. Le parc d’attractions Dreamland où, les deux protagonistes, Atsuko/Paprika et Tokita, arrivent afin de mener leur enquête sur le sort de Himuro, assistant de Tokita, est lui aussi issu du monde occidental. Effectivement, les parcsd’attractions au Japon ressemblent plus à des fêtes foraines, et se tiennent généralement dans des endroits sacrés, tels des temples. Un autre élément permettant de souligner cette problématique est Himuro, personnage ambigu du récit, qui subit des métamorphoses génériques. En effet, lorsqu’on retrouve Himuro dans la réalité, tombant du ciel au parc Dreamland, il est revêtu d’un kimono féminin. Cetaccoutrement, semblable à la poupée moqueuse et grandissante du récit, fait songeraux poupées que les fillettes japonaises doivent sortir de leurs boîtes lors de la célébration du Hina Matsuri, ou Fête des poupées. Or, les poupées n’ont pas d’identité à proprement parler, puisque celles-ci sont à la merci de leurs maîtres qui peuvent leur donner une tout autre identité. Il y a une myriade de poupées quiparade dans ce film. On peut voir se côtoyer des poupées occidentales, d'autres habillées à la mode victorienne et des poupées en kimono. Ce mélange est un reflet de ce qui se passe actuellement au Japon. En effet, on peut observer une vénération de la mode victorienne via les lolitas, avec la Lolita Fashion où de jeunes femmes s’habillent comme des poupées du 19e siècle. On y a même dédié unquartier à Tokyo, le quartier Harajuku. Dans le film, les mélanges sont aussi présents lors du cortège onirique par le biais de la religion, lorsque certaines effigies religieuses, comme les madones et les bouddhas, sont accoutrées comme des prostituées, renforçant l’idée de confusion Orient-Occident tout en y ajoutant du ridicule ou de l'effronterie. Qui plus est, même Paprika se retrouve transforméen garçonnet, ou plutôt en Pinocchio, ce qui vient rejoindre le thème du jeu, de l’univers enfantin du festival, puisque Pinocchio est un personnage de conte pour enfants. Elle arbore même un costume chinois, rappelant non seulement le désordre entre l’Orient et l’Occident, mais aussi la confusion à l’intérieur même des identités nationales des pays asiatiques, comme si tous ne faisaient...
tracking img