Subir ou commettre l'injustice

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 22 (5486 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 20 mai 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Philosophie

Subir ou commettre l’injustice.

Thèse paradoxale du Gorgias : la morale serait-elle moins populaire qu’on ne le croit ?

27/09/10

L’impossibilité de persuader le plus grand nombre est confrontée au pouvoir de persuader par la parole, par un maniement particulier du langage : la rhétorique (dont Gorgias est censé être l’inventeur).

« Subir ou commettre l’injustice ? »,cela relève d’une question morale ou politique étant liée à ce que peut, et ne peut pas la rhétorique.

Le dialogue du Gorgias s’organise en trois grands moments qui se règlent sur les trois interlocuteurs différents de Socrate :

1- Gorgias : réflexion sur la nature même de la rhétorique, qui conduit à une perplexité qui la remet en question.
2- Polos : la rhétorique est envisagée commemoyen de puissance ; illustration de l’intérêt pour les jeunes gens d’étudier la rhétorique qui donne le pouvoir de faire que le peuple veuille ce qu’on veut soi-même.
Polos reconnaît en paroles qu’il vaut mieux subir l’injustice. Mais c’est par la réfutation de Socrate. La réfutation est un processus de réduction d’un discours à sa contradiction interne. La force de la réfutation estimpersonnelle et désintéressée, car elle ne fait pas attention au consentement des intéressés. Celui qui est réfuté ne peut se défendre, il ne peut que reconnaître la contradiction de son discours. Cependant, cela n’implique que le réfuté soit persuadé de la fausseté de son discours. Ainsi, Polos en vient à reconnaître qu’il vaut mieux subir l’injustice à la commettre, sans pour autant en être persuadé, cequi provoque l’intervention d’un troisième personnage.
3- Calliclès : il a le sentiment que la réfutation de Socrate n’est pas logique, et qu’elle tient seulement à une finesse consistant à jouer sur les deux registres de la nature et de la loi. Socrate aurait aussi joué sur la honte, la gêne… de Polos pour le pousser à consentir à la réfutation qui est alors biaisée, et elle-même rhétorique.Socrate ne répond pas à ces attaques, mais Calliclès se trouve ensuite réfuté lui aussi et avoue par son discours qu’il vaut mieux subir l’injustice à la commettre.
Calliclès conçoit cependant la vie comme une réalisation de ses désirs, un mépris des conventions… une vie de la puissance, qui a de la valeur seulement dans la puissance des passions. Cette conception est opposée à la vie philosophiqueque défend Socrate : une vie orchestrée par la parfaite maîtrise de ses désirs (Socrate est un ennemi de la vie selon Nietzsche).
Il faut préciser que Calliclès n’est pas un sophiste. Il n’est ni orateur, ni élève de Gorgias, mais seulement un homme bien né, un aristocrate qui envisage une carrière politique et considère la rhétorique et la sophistique comme des divertissements. Il méprisetout.

A la fin, Socrate est donc seul, dans la solitude de sa pensée.
Le mythe qu’il raconte justifie sa thèse en évoquant un jugement des morts auquel nul ne peut échapper (que nous pouvons interpréter par l’impossibilité de commettre le mal en échappant à ce qui, en nous, le condamne : nous ne pouvons nous mentir à nous-mêmes).
Ce dialogue montre l’échec de Socrate à persuader, confortantainsi l’opposition entre la puissance mondaine de la rhétorique à l’impuissance mondaine de la philosophie, celle-ci étant inapte à se faire entendre par le grand nombre.
Par anticipation de son procès, nous voyons un Socrate incapable de se défendre contre ceux qui attaquent la philosophie (Calliclès menace en effet Socrate en remarquant que la philosophie ne le protège en rien).

Quel rapportpeut-il alors y avoir entre les thèses morales et politiques évoquées (subir ou commettre l’injustice) et l’audience qu’elles peuvent avoir ?

La dialectique peut montrer l’incohérence d’un discours, mais ne fait pour autant changer d’avis, elle ne comporte aucune persuasion au contraire de la rhétorique.
Il est possible de voir là un problème dans le rapport du langage à la vérité pour les...
tracking img