Sublimer sa souffrance

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 4 (753 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 25 avril 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
LA POÉSIE
CENTRES ÉTRANGERS
SÉRIE ES / S
 
Objet d'étude : La poésie.
Textes :
Texte A - Victor HUGO, « Demain, dès l'aube...», Les Contemplations (1856)
Texte B - Guillaume APOLLINAIRE, « Sije mourais là-bas...», Poèmes à Lou  (1915)
Texte C - Pierre de RONSARD, « Je n'ai plus que les os...», Derniers vers (1586).
ÉCRITURE
I. Après avoir lu les textes du corpus, vous répondrez à laquestion suivante (4 points) :
        Comparez les situations d'énonciation de ces trois poèmes : en quoi la mort concerne-t-elle chacun des locuteurs ?
II. Vous traiterez ensuite un de ces sujets(16 points) :
✓ Commentaire :
Vous ferez le commentaire du texte de Guillaume Apollinaire (texte B).
✓ Dissertation :
Vous vous demanderez dans quelle mesure la poésie permet ledépassement d'une épreuve. Vous vous appuierez sur les textes du corpus, ceux que vous avez étudiés en classe, et sur vos lectures personnelles.
✓ Invention :
Vous écrirez un dialogueentre un interlocuteur qui pense que la poésie permet d'exprimer une expérience personnelle, et un autre qui, au contraire, la critique en l'accusant d'être un travestissement, voire une trahison, decette expérience.
ÉCRITURE
I. Après avoir lu les textes du corpus, vous répondrez à la question suivante (4 points) :
        Comparez les situations d'énonciation de ces trois poèmes : en quoi la mortconcerne-t-elle chacun des locuteurs ?

Texte A - Victor HUGO, « Demain, dès l'aube...», Les Contemplations (1856).
Demain, dès l'aube, à l'heure où blanchit la campagne,
Je partirai. Vois-tu, jesais que tu m'attends.
J'irai par la forêt, j'irai par la montagne.
Je ne puis demeurer loin de toi plus longtemps.
 
Je marcherai les yeux fixés sur mes pensées,
Sans rien voir au dehors, sansentendre aucun bruit,
Seul, inconnu, le dos courbé, les mains croisées,
Triste, et le jour pour moi sera comme la nuit.
 
Je ne regarderai ni l'or du soir qui tombe,
Ni les voiles au loin...
tracking img