Suffit-il d'avoir bonne conscience pour être innocent?

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 2 (493 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 20 mars 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Commencez par vous demander pourquoi on vous pose la question afin de déterminer le problème du sujet. Vous pouvez simplement partir des expressions du langage courant ici : quand on dit d’unepersonne qu’elle a bonne conscience ou encore qu’elle a la conscience tranquille ou qu’elle n’a pas de poids sur la conscience, on signifie généralement qu’elle a estime ne rien avoir à se reprocher,qu’elle a le sentiment d’avoir bien agi. Demandez-vous alors pourquoi. En effet, ces expressions semblent signifier que la conscience serait ce qui nous permet de savoir immédiatement si ce qu’on a fait estbien ou mal. Ici, vous pouvez penser aux analyses de Rousseau dans l’Emile et, en particulier, vous reporter à la citation de Rousseau indiquée au bas de cette réponse. La conscience serait alors cejuge infaillible du bien et du mal pour reprendre l’expression de Rousseau. Montrez alors que c’est en ce sens qu’on parle de conscience morale. Il s’agit alors, pour comprendre la question du sujet,d’analyser également le deuxième terme important du sujet : la notion d’innocence. Etre innocent consiste à ne pas être coupable, à ne pas avoir commis de faute. Si la conscience est ce qui nous dit ounous fait sentir si ce que nous avons fait est bien ou mal, alors on peut considérer qu’il suffit d’avoir bonne conscience pour être innocent. Lisez attentivement les analyses de Rousseau et montrez ceque cela implique sur la notion de conscience morale. Toutefois, il s’agit bien d’un sentiment, du sentiment d’avoir bien ou mal agi. Or, ce sentiment ne peut-il pas nous tromper ? Ne puis-je pasavoir bonne conscience tout en ayant commis une action condamnable ? On pourrait trouver des exemples de situations dans lesquelles une personne ne se sent pas coupable alors que ce qu’elle a fait estcondamnable. Ici, vous pouvez penser aux analyses de Arendt qui dans La Banalité du mal analyse le procès d’Eichmann à Jérusalem lorsqu’il était jugé pour avoir participé à la solution finale....