Suicide durkheim

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 10 (2320 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 18 novembre 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Emile Durkheim, le suicide

Peut-on dire que le suicide est un phénomène social ?

Emile Durkheim, est né en 1858 à Epinal et mort à Paris en 1917. Fondateur de la sociologie, en tant que discipline scientifique et universitaire, il est le premier à s'engager pour faire de la sociologie une discipline autonome se distinguant des autres sciences sociales concurrentes comme la psychologie et laphilosophie. En 1897, il publie « le suicide », une œuvre dans laquelle il cherche à prouver que ce fait social, qui semble si dépendant de notre volonté, de notre liberté d'action, dépend aussi de facteurs sociaux .
Le suicide, meurtre de soit même, si il peut a première vue paraître comme un symptôme de pathologie mental, c’est a dire une maladie, est bien plus que cela : c’est un conceptfamilier a l’individu normal possédant une valeur affective et éthique, une signification existentielle. On parle de suicide comme « d’un meurtre maquillé », dans le sens où tout les suicides ont une origine..
Durkheim tente à prouver que le suicide, bien qu’immoral et anormal pour la plupart des personnes est en faite véritablement une pathologie sociale. A travers son étude, il va tenter de mêmequ’il a été fait dans « les règles de la méthode sociologique » a laquelle il fait référence (l.2) de montrer que le suicide, tout comme le crime est une maladie sociale, et ne devrait pas forcement être perçut comme une manifestation morbides, c'est-à-dire quelque chose de contraire a nos fondements moraux. D’ailleurs, il déclare que le crime a une fonction dans la société et qu’il est par conséquentnormal. Il va s’intéresser surtout aux taux de suicide lors de son étude car il juge que lorsque l’on connaît les taux de suicide d’une année passé dans une société, on peut prévoir le nombre de suicide pour les années a venir, en fonction de plusieurs critères.
La question est alors « peut-on dire que le suicide est un phénomène social ? »
Tout d’abord, nous allons observer les différentstypes de suicides décrits par Durkheim, puis les différentes explications et facteurs sociaux qu’il apporte a ceux-ci.

1) Les différents types de suicides

a) le suicide altruiste
Durkheim différencie trois types de suicide, présents dans nos sociétés modernes, le suicide altruiste, s’explique par le fait qu’une trop grande intégration peut le provoquer. Ce type de suicide était trèsprésent dans les sociétés dites « primitives » et il se retrouve surtout dans l’armée. Ligne 17, il dit que le suicide altruiste est indispensable à la discipline collective. Ce suicide s’explique de la manière suivante : l’individu est tellement attaché au groupe auquel il appartient, qu’il en accepte les ordres et les conséquences, au point d’en sacrifier sa vie. Le suicide « altruiste » quicaractérise les sociétés où les valeurs collectives tiennent une place si importante que l’individu peut étouffer son propre instinct de conservation au détriment des impératifs sociaux. L.21, il démontre que sans un esprit d’altruisme, et d’une forte envie d’intégration au groupe, au point de se détacher de soit même, ouvre obligatoirement la voie au suicide.
Un excès des régulations de ce groupe, peutpousser a une type de suicide qui était fort présent dans nos sociétés anciennes, le suicide fataliste, qui pousse l’homme à voir sa mort comme une obligation, une fatalité, car le but de sa vie est voilée, les kamikazes par exemples, ou le suicide d’esclaves ne pensant pas pouvoir se sortir de leurs conditions dans l’antiquité.

Les suicides égoïstes et anomiques sont de plus en plus fort dansnos sociétés modernes, l’altruiste lui est de moins en moins présent.

b) le suicide égoïste

Le suicide égoïste est en faite, contrairement au suicide altruiste, un manque d’intégration de l’individu à son groupe social. Durkheim remarque que ce suicide est dut à un rejet d’intégration des différents groupes sociaux de nos sociétés, comme la religion, la famille, la politique. De la ligne...
tracking img