suicide

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 7 (1565 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 12 décembre 2013
Lire le document complet
Aperçu du document
Situation initiale :

Pour commencer, les derniers jours de plusieurs personnes souffrent de graves maladies sont comptés, mais l’euthanasie et le suicide assisté pourraient être une des solutions qui devraient être offert aux malades pour ne pas éterniser leurs souffrances quand ils sont en phase terminale. Devrions-nous autoriser l’euthanasie et le suicide assisté pour aider aux gens quisont en phase terminale d’arrêter de souffrir ? Selon moi, je trouve que c’est une bonne idée, car ça va permettre aux personnes malades de mettre fin à leurs insupportables souffrances, les personnes vont pouvoir partir par leur propre autonomie et aussi l’argent utilisé pour les gardés en vie contre leur grés, va pouvoir servir à d’autres personnes qui on besoin de soins important.

Lessouffrances :

Premièrement, la médecine a fait beaucoup de progrès au cours des dernières années dans le domaine des soins palliatifs, en particulier le soulagement de la douleur chez les patients cancéreux. Toutefois, ils ne répondent pas à tous les problèmes de fin de vie de manière satisfaisante. Surtout, pour les maladies neurodégénératives et des maladies chroniques irréversibles commel'insuffisance pulmonaire et cardiaque. Plus que la douleur, c'est la diminution de leur mobilité, de leurs capacités à se vêtir, à prendre soin d'eux-mêmes, le fait de voir leur corps se détériorer sans perspective d'amélioration qui constituent une souffrance insoutenable pour certains. La plupart des demandes de suicide assisté au Canada ont d'ailleurs émané des personnes atteintes de ce type de maladies:sclérose latérale amyotrophique, sclérose en plaques, ataxie de Friedreich. Les maladies de certains patients sont impossibles à guérir alors tout traitement sont autorisé. Quand ils n'ont plus d'espoir de rémission, ils désirent la mort, il serait légitime d'accéder à leur requête. Par exemple: une femme qui était atteinte d'une tumeur très rare des sinus et de la cloison nasale, lui provoquantdes douleurs insupportables. Elle demanda plusieurs fois au président de la république de lui donner le droit de "mourir dans la dignité" : être euthanasiée. Mais ce droit lui fut refusé par le tribunal de grande instance de Dijon, au nom de la loi leonetti de 2005. Deux jours plus tard, elle se suicidait. Dans de nombreux sondages, il ressort constamment que les gens veulent de plus en pluscontôler les derniers moments de leur vie. Par exemple en France, 75 % des personnes interrogées son favorable a l’euthanasie et au suicide assisté.

L’autonomie de la personne :

Deuxièmement, le suicide assisté ou l'euthanasie aide à un adulte atteint d'une maladie fatale de recevoir de l'aide pour mourir au moment qui lui paraît opportun. Cette demande doit être répétitive et le malade ne doit passouffrir de dépression. Dans ces conditions, la décision revient au malade. L'autonomie du patient est un principe fondamental de l'éthique médicale. Nul ne peut imposer des examens ou des traitements sans le consentement du malade. Tout patient jugé compétent pour consentir aux soins peut refuser tout examen et tout traitement, même s'il met sa survie en danger. Chaque personne devrait doncprendre ses décisions concernant sa propre mort, en accord avec ses valeurs et ses croyances, sans se les faire imposer par d’autres. Pour eux, c’est une question de liberté et d’égalité face à la mort. Permettre le suicide assisté, c’est aussi, à leurs yeux, avoir le droit de mourir dans la dignité. Les mourants devraient pouvoir choisir de quitter ce monde, s’il est clair pour eux que leur qualitéde vie est nulle et que leurs souffrances sont intolérables. Certaines personnes ne veulent pas voir leur état se dégrader, à cause de la maladie, ni être à la merci des médecins. Elles ne veulent pas non plus perdre leur autonomie et le contrôle qu’elles ont sur leur vie. Pour elles, c’est une atteinte intolérable à leur dignité. Le suicide assisté, s’il était permis, donnerait, à tous ceux et...