Suivre l'opinion ?

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 3 (656 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 9 octobre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
L'illusion de l'essor économique

Vers 1962 débarquent à Bastia et Ajaccio les premiers "rapatriés" d'Algérie, qu'on
nomme les "Pieds-noirs".
Au total, ils ne sont pas très nombreux : unevingtaine de milliers sans doute, femmes
et enfants compris (soit 10% de la Corse).
La SOMIVAC leur avait préparé le terrain. La plaine orientale, où régnait jadis la malaria, assainie par lesAméricains au cours de la Seconde Guerre mondiale, a été aménagée, viabilisée. De vastes travaux d'irrigation, de retenue d'eau dans les montagnes qui la dominent, d'électrification, ont fait de cetteétendue de ronces et d'eaux stagnantes une plaine agricole, avec 43 000 hectares cultivables qui fournissent (jusqu'en 1984 environ) 70% des vins corses, 80% de la production fruitière de l'île et 85% de sesagrumes. Les terres furent divisées en lots et cédées aux agriculteurs rapatriés, qui bénéficièrent d'importantes aides financières.
Tout cela fut réalisé au vu des insulaires qui n'entrevoyaientpas, dans les années soixante, les possibilités économiques de l'agriculture et du secteur agroalimentaire, et qui croyaient encore, pour la plupart, en la valeur des débouchés administratifstraditionnels.
Les rapatriés virent rapidement leurs affaires prospérer. Dans le même temps, le tourisme prenait son essor, favorisé par la SETCO, et, au début des années 70, les "Pieds- Noirs" pouvaientconsidérer qu'ils avaient "réussi".
Cette réussite servait en outre de modèle aux Corses, qui constataient que l'on pouvait gérer confortablement sa vie en dehors des paradis administratifs etmilitaires perdus, et qui tentaient, eux aussi, de se lancer dans les affaires agricoles ou touristiques.
Les entreprises des rapatriés semblaient florissantes, certes, parce que ceux-ci y travaillaientd'arrache-pied, mais non pas uniquement pour cette raison. L'aide gouvernementale aux investissements, l'utilisation d'une main-d'oeuvre maghrébine à bas salaires, un certain laxisme fiscal et...
tracking img