Sujet es/s

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 9 (2154 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 11 juin 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Introduction
Si la légende est, selon l'étymologie, « ce qui doit être lu », elle est aussi et avant tout une fiction, un « mensonge » qui, pour beaucoup, n'a que vocation à divertir. Or Alphonse Daudet, dans sa nouvelle intitulée « La Légende de l'homme à la cervelle d'or », conclut ainsi : « Malgré ses airs de conte fantastique, cette légende est vraie d'un bout à l'autre… » Il ne s'agit pasde croire à l'authenticité de son histoire, mais à la vérité qu'elle recèle. Pourquoi certains écrivains, à l'image de Daudet, ont-ils recours à la fiction pour transmettre des vérités ou des leçons ? En d'autres termes, de quels atouts spécifiques dispose la forme fictionnelle pour persuader ou convaincre ? Nous montrerons tout d'abord que la fiction est un moyen de capter la bienveillance dulecteur par le plaisir du récit. Nous examinerons ensuite les avantages pour l'écrivain de masquer une leçon par une fable. Enfin, nous mettrons au jour les richesses offertes par l'apologue.

I. Le plaisir du lecteur
1. Le lecteur est transporté dans un « ailleurs »
Si l'écrivain choisit la fiction pour transmettre un message, c'est avant tout pour plaire au lecteur. « Docere et placere », «instruire et plaire », écrivait Horace ; « instruire en plaisant » pourrait-on ajouter. Dans cette perspective, la fiction apparaît comme une forme privilégiée. La fiction est en effet par nature un « déplacement », dans la mesure où tout récit est coupé de la situation d'énonciation. En lisant une histoire, le lecteur change de lieu, de temps : il est transporté. On comprend pourquoi les écrivainsont souvent recours au conte merveilleux pour transmettre un message : le lecteur, sans repère spatio-temporel déterminé, retrouve le plaisir de l'enfance. La nouvelle de Daudet intitulée « La Légende de l'homme à la cervelle d'or » commence ainsi par « Il était une fois ». Cette simple expression agit comme une formule magique propre à capter l'attention du lecteur en même temps qu'à désarmer sespréventions et réticences d'adulte. Voltaire, dans ses nombreux contes, joue lui aussi, avec une ironie plus marquée, avec le merveilleux. Que l'on se souvienne du début de Candide : « Il y avait en Westphalie… » Dans ce monde à la fois familier – puisque codifié – et étranger – puisque loin de son présent –, le lecteur est prêt à recevoir une vérité par le biais des personnages qui l'incarneront.2. Le lecteur s'identifie aux personnages qui incarnent une vérité
En s'identifiant aux personnages de la fiction, le lecteur est plus à même de comprendre un message que par une thèse aride et abstraite. Le personnage de l'apologue est en quelque sorte une « vérité incarnée ». Ainsi, « La Légende de l'homme à la cervelle d'or » représente métaphoriquement la condition des artistes,contraints de payer « avec leur moelle et leur substance les moindres choses de la vie ». Afin que le lecteur adhère à cette thèse quelque peu abstraite, tout est mis en œuvre pour que nous compatissions au destin funeste de cet homme pourvu d'un « don monstrueux », victime de la cupidité des hommes et de la frivolité féminine. Victor Hugo, dans Le Dernier Jour d'un condamné, use de moyens comparables,immergeant le lecteur dans la conscience d'un condamné, pour le faire adhérer à son horreur de la peine de mort. Il ne s'agit pas ici de chercher à convaincre au moyen d'arguments rationnels et connus contre la peine capitale, mais d'inviter le lecteur à éprouver la douleur et l'angoisse d'un homme qui sait qu'il va être exécuté. La fiction recèle donc une capacité de persuader par le plaisir et parl'émotion. Elle agit également comme un masque parfaitement adapté aux audaces et aux ambitions moralistes de l'écrivain.

II. Une forme adaptée à la transmission des idées
1. Un pied de nez à la censure
La fiction, s'opposant par nature au réel, est un masque commode pour dénoncer indirectement. La Fontaine a ainsi pu fustiger les travers de la royauté en remplaçant les hommes par des...
tracking img