Sujet svt - la procréation - première es

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 4 (757 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 26 avril 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Science de la Vie et de la Terre

Sujet : Relations entre les organes intervenant dans la procréation.

Variation du taux plasmatique de l’hormone hypophysaire LH en fonction du temps, pendantles différentes phases de l’expérience.

[pic]

Première question : (10 points)
Exploiter des documents

Justifiez, en exploitant les informations données par le document, l’existence de deuxtypes de rétrocontrôles dans le fonctionnement de l’appareil reproducteur femelle.

Nous allons donc démontrer l’existence de deux types de rétrocontrôles dans l’activité de l’appareil reproducteurfemelle.

L’expérience explicitée dans le document prouve bien l’existence de ces rétrocontrôles. L’ablation des ovaires empêche toute sécrétion (endogène) d’hormones sexuelles, que ce soit desœstrogènes ou de la progestérone. On observe que chez la guenon, le taux plasmatique de l’hormone hypophysaire LH reste stable à environ 20 ng.mL après t0 (ce qui correspond au moment de l’ablation).
Unmois environ après l’ablation (t1), on ajoute une perfusion à doses faibles d’œstrogènes. Le résultat de la pose de cette perfusion est la baisse progressive du taux de LH qui s’élève à seulement àmoins de 10 ng.mL du plasma sanguin après quelques jours de perfusion. Cette observation démontre l’existence d’un rétrocontrôle négatif exercé par les œstrogènes sur le complexe hypothalamo-hypophysaireet sur sa sécrétion de LH. Sans la présence d’œstrogène (avant t1), le taux de LH est élevé étant donné que sa production de LH baisse logiquement et son taux plasmatique diminue.
Enfin, à t2, prèsde trois jours plus tard, la pose d’une perfusion de fortes doses d’œstrogènes occasionne une augmentation soudaine du taux de LH. On peut donc en déduire que l’injection massive d’œstrogènes a uneffet stimulant. De fortes doses d’œstrogènes provoquent donc une stimulation du complexe hypothalamo-hypophysaire, autrement dit un rétrocontrôle cette fois-ci de type positif. À noter que cette...