Sujet d'invetion pour bac blanc d'annales 0 sur la poésie du 25 octobre 2001

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 6 (1466 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 18 février 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Lectrices, Lecteurs,

Bonjour à vous qui chaque semaine vous penchez sur mes lignes. En pleine préparation d’épreuve de français pour le bac, il est possible que cet article puisse vous aider. Je vous propose donc de débattre sur le thème de la poésie ou plus particulièrement la nouvelle relation entretenue entre les jeunes et les poètes, les poèmes et le monde qui les entoure.Aujourd’hui nous allons réagir suite à la déclaration d’un élève : « Plus personne ne lit de la poésie ». Ayant réfléchi sur le sens de cette phrase, je vous propose de lire la suite de l’article qui va d’abord affirmer ce propos puis le nuancer. Il est vrai, qu’à part en cours, peu de jeunes comme nous lisent des poèmes, les loisirs sont ailleurs évidemment mais il est quand même possible de trouver de lapoésie dans chacun de nos cerveaux que nous avons accumulée inconsciemment.

Qui de nos jours a pour loisir de lire des poèmes ? Vraiment personne me répondrez-vous. Et il est vrai qu’une infimité de gens en font leur passe-temps. Aujourd’hui l’heure est aux nouvelles technologies, aux sorties entre amis, aux histoires d’amour éphémères et autres lubies des adolescents.
En effet le marchéhi-Tech étant en pleine croissance, les nouveaux gadgets fascinent. Les consoles de jeux, les ordinateurs et autres bijoux de la technologie sont au centre des préoccupations de certain sans leur laisser la moindre minute. Ils se combattent, s’amusent, se réjouissent avec leurs jeux dernière génération qui font des envieux. Il reste juste une place pour les cours, et d’autres activités, comme lalecture, sont proscrites. Tout comme les jeunes tournés vers la sociabilité, les amis et les sortis le soir. Les adolescents se libèrent, se décomplexent, sortent avec leur bande d’amis le plus souvent dans la soirée et n’ont d’yeux que pour cette activité qui occupe tout leur temps libre. Là aussi aucun ne fait de la lecture de poésie son passe-temps favoris. On voit alors que l’esprit des jeunesd’aujourd’hui n’est pas axé sur la poésie, ni même sur la lecture en général. On préfère s’amuser en se disant qu’il faut en profiter parce que la vie est trop courte. De ce fait toute activité rébarbative à leurs yeux est mise sur la touche, à l’écart et plus personne n’y touche mis à part quelques personnes de la population jeunes de nos jours. Cela explique donc pourquoi plus personne ne lit depoésie, à moins d’inventer un nouveau style de poème les jeunes ne toucheront à cela que lors d’un cours.

Néanmoins certain ayant eu le même raisonnement ont décidé de révolutionner cet art. Et je vous l’annonce, si vous ne le saviez pas, vous écoutez de la poésie à longueur de temps. Peu de gens le savent mais ce que je dis est vrai, la chanson est une forme de poème. Et en cela l’argumentprécédent peut être nuancé.
On peut donc l’affirmer chacun de nous, les adolescents y compris, ont déjà été confrontés à la poésie. Prenons comme exemple très simple : un style de dérivé de cet art est apparu il y a peu de temps nommé le « slam ». Basé sur le principe de la joute oratoire, le slam est un type d'expression populaire dans laquelle des « poètes » » s'affrontent et reçoivent les notesd'un jury choisi au hasard parmi le public. Ce combat d’orateurs est né en 1984 lorsque Marc Smith, alors simple entrepreneur en bâtiment, mit en place un jeu de poésie dans un club de jazz à Chicago. Il cherchait à donner un nouveau souffle aux scènes ouvertes de poésie en faisant participer le public aux scènes. Son but était de créer une mise en scène ludique pour améliorer la qualité duspectacle, mais aussi de mettre à mal la notion de qualité dans la poésie. Il s’est propagé à New York puis jusque dans le monde entier. Aujourd’hui tout le monde à déjà entendu parler de ce nouveau genre, cette véritable poésie populaire et urbaine mais aussi très ambitieuse dans son jeu avec les mots. ‘‘Grand corps malade’’ ou encore ‘‘Abd’al’Malik’’ sont les précurseurs et les figures...
tracking img