Sur les vers de montaigne

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 3 (699 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 13 novembre 2012
Lire le document complet
Aperçu du document
ESur les essais de Montaigne et Epicure
Epicure, écrivain grecque du troisième siècle avant l'ère chrétienne, déclare dans sa Lettre à Ménécée que le plaisir est la fin de toute chose. Mais jusqu’àquel point faut-il se délecté de ces plaisirs ? Ne seraient-ils pas désastreux si l’on les utilisait à l’excès ? Epicure ne manque pas de répondre à ces questions dans les mêmes écrits en proposantqu’on soit modéré dans notre usage de ces plaisirs. Montaigne, écrivain français pendant la renaissance, propose lui aussi son opinion sur le sujet à travers son essai Sur les Vers de Virgile. Bien quece dernier partage l’opinion d’Epicure sur l’importance du plaisir, il critique cette modération proposée par les philosophes tels qu’Epicure parce que l’être humain a besoin parfois de plaisirsintenses pour raviver la joie de vivre surtout dans son état de vieillesse.
Epicure dans ses écrits nous fait part de son opinion sur comment mener une vie bienheureuse et arrive à la conclusion que le« plaisir est principe et fin de la vie bien heureuse (Lettre, 48) ». En effet Epicure déclare « [qu’]une étude rigoureuse des désirs permet de rapporter tout choix et tout refus à la santé du corps età l’absence de trouble dans l’âme puisque c’est cela la fin de la vie bienheureuse (Lettre, 47).» Et étant donné que ces désirs stimule et crée le plaisir, il s’ensuit que la recherche du plaisirreprésente le but ultime d’une vie heureuse et réussite.
Mais malgré cette importance du plaisir, Epicure déclare qu’un usage extrême et exagéré ne mènerait pas à cette fin désirée. « Ce n’est nil’incessante succession des beuveries et des parties de plaisir […] ni celles que procurent les poissons et tous les autres mets qu’offre une table abondante, qui rendent la vie agréable : c’est unraisonnement sobre […] » écrit-il. Cette notion de modération dans la l’usage des plaisirs associer à des réflexions philosophiques serait donc le secret d’une vie bienheureuse, chose que Montaigne a...
tracking img