Svt le code génetique

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 2 (367 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 20 mars 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
parler des 3 principales caractèristiques du code génétique et de la traduction. Ds ton dévellopement, parle surtout du caractère non chevauchant de l'ADN.

(en intro tu énonces les 3caractèristiques : univoque, dégénéré et universel)

(en ouverture tu peux parler des mutations et de la dégénérescence du code)

Pour le plan je sais pas trop. ton sujet me parrait un peu court pour faire unplan. mais je te propose
I la traduction et
II le caractère non chevauchant du code génétique

voici qlques doc issus d'internet:
Un codon ou triplet de nucléotide ne peut traduire qu'un seula.a.

Le code génétique est un système de correspondance qui permet à la cellule de fabriquer des protéines à partir de triplets nucléotides , en acides aminés . Par exemple, AAT de l’ADN correspondà l'acide aminé "leucine". Le code génétique est universel : chez tous les êtres vivants, un même triplet de nucléotides correspond à un même acide aminé.
Code universel.

Le code génétique est lemême dans tous les organismes aussi bien chez les eucaryotes que chez les procaryotes.

Code dégénéré.

Le code génétique est dit dégénéré car un même acide aminé peut être codé par plusieurscodons différents. Dans beaucoup de cas, les triplets nucléotidiques codant pour un même acide aminé ne diffèrent que par la troisième base.

Les deux premiers nucléotides d’un codon présent sur unmARN sont rigoureusement complémentaires de l’anticodon tARN selon la règle d’appariement classique: A:U et G:C.

on peut dire que la dégénérescence du code génétique constitue un système deprotection vis-à-vis des mutations, car une mutation ponctuelle sur la troisième base du codon n’entraînera le plus souvent aucun changement d’acide aminé.

Code non chevauchant.

Le code génétique estdit non chevauchant. La partie exprimée en protéine d’un ADN est transcrite en mARN puis traduite régulièrement triplet par triplet. Les triplets nucléotidiques sont donc lus d’un point de départ...